Une seule limite: la «productibilité» de la pièce. L’imagination de Jorg Hysek et de ses compères de l’aventure HD3 Complication, Valérie Ursenbacher et Fabrice Gonet, dépasse souvent la réalité. «Entre le croquis et la discussion avec les horlogers, nous devons quelque peu nous adapter», sourit le dirigeant. Et le résultat se nomme Capture, Raptor, 3 Minds ou encore la dernière nouveauté Black Pearl, des bijoux mariant haute horlogerie et futurisme. Imaginez maintenant cet art qui se dégage de Luins, au milieu des vignobles vaudois. Quel contraste pour un vertige assuré.

Sculpteur de formation et designer horloger de renom, Jorg Hysek ne cache pas qu’il aime les «folies esthétiques», vision qu’il partage avec ses complices, qui participaient déjà à l’aventure Hysek Styling. «La critique est positive, il faut apprendre à travailler avec», poursuit-il. Cette expression artistique poussée à l’extrême a un coût: les garde-temps créés par HD3 sont proposés entre 55 000 et 450 000 francs pour les pièces les plus exclusives, quasi uniques. Les principaux marchés de la PME, fondée en 2004, sont la Russie, les Etats-Unis et l’Asie. «Certains collectionneurs fidèles possèdent toute la gamme», glisse le créateur de 57 ans.

Totalement autofinancé et employant huit collaborateurs, HD3 écoule entre 200 et 300 pièces chaque année. «Une bonne idée peut jaillir en 24 heures ou en un mois, mais la réalisation du garde-temps nécessite quant à elle une année», précise Jorg Hysek.

Ce dernier ne cache pas que sa société a été touchée par la crise l’an dernier. «Mais nous sommes une petite structure, à caractère familial, et nous n’avons pas de grandes charges, donc c’était une année d’attente.» L’exercice en cours s’annonce encore plutôt calme. Les gros projets, quant à eux, sont planifiés pour 2011. Et estampillés totalement confidentiels. Quand on sait que l’imagination du trio n’a qu’une seule limite, alors l’éventail des possibles semble presque infini…