Le mois de novembre a été marqué par une forte correction des indices d'actions, le S & P 500 perdant 6,7%. Même les marchés émergents ont corrigé de 11,5%. La volatilité du marché américain s'est envolée au cours du mois (+23,5%) retrouvant ses plus hauts niveaux de l'été. Dans ce contexte, les stratégies de hedge funds qui constituent les indices alternatifs EDHEC étaient globalement négatives en novembre, selon l'institut de recherche. Seules exceptions, les stratégies des gérants «CTA global» (+ 0,45%), qui prennent des positions acheteuses ou vendeuses à l'aide de contrats à terme, en suivant des tendances des marchés, et les «Equity Market Neutral», dont l'équilibre entre les positions acheteuses et vendeuses permet d'obtenir une neutralité vis-à-vis du marché (+0,21%). La stratégie la plus payante a été le «short selling» (positions de vente à découvert), qui gagne 6,97% sur le mois, grâce au déclin précipité de certaines valeurs, en particulier financières, fortement pénalisées en novembre, selon l'EDHEC.

Les stratégies orientées sur les marchés d'actions ont naturellement souffert, les gérants Long/Short Equity (-2,15%) affichant leur plus mauvaise performance depuis mai 2006, tandis que les «Event Driven» (-2,08%) qui exploitent des situations spéciales telles que les fusions, ont connu leur plus mauvais mois depuis juillet 2002. L'arbitrage de convertibles (-1,77%) n'a pas pu profiter du retour de la volatilité, produisant sa plus mauvaise performance depuis avril 2005.