En mai 2006, la tempête sur les marchés financiers mondiaux n'avait pas épargné les hedge funds. Peinant à s'adapter au violent changement du régime de volatilité, ils avaient fini le mois en nette baisse tandis que circulaient des rumeurs à propos de fonds en difficulté. Un premier coup d'œil aux indices quotidiens de HFRX laisse entendre que les fonds alternatifs ont mieux résisté ce mois-ci au retournement des marchés. Ainsi, au 28 février, le Global hedge fund index n'affichait qu'un retrait de 0,2%, ramenant la hausse depuis à 1,3% depuis janvier.

«La différence entre ce mois-ci et à mai 2006 est que, tout en étant généralement positifs sur les marchés, les gérants étaient plus prudents et avaient mieux couvert leurs positions», explique Alexandre Rampa gestionnaire de portefeuille chez 3A, filiale multigestion du groupe Syz. «Le début du mois de février a été fantastique, le meilleur depuis longtemps, ce qui a constitué un sacré coussin», précise le spécialiste.

Selon lui, certains fonds ont même fait un «carton» le mois passé. Ainsi, par exemple «ceux qui ont joué la détérioration du marché des hypothèques «subprime» aux Etats-Unis en se couvrant avec des actions du secteur ou via des structurations plus complexes». Les fonds d'arbitrage de convertibles, traditionnellement acheteurs de volatilité, ont également profité de la remontée récente de l'aversion au risque. Idem, «certains fonds global macro étaient acheteurs de yens et vendeurs de dollars. Ils ont gagné pas mal d'argent en février».

Mais dans l'ensemble, le brutal retournement des tendances semble avoir pénalisé les stratégies directionnelles de type global macro: l'indice HFRX qui leur est dédié fait état d'une chute de 3,4% en février, la pire performance toutes catégories confondues.

Pour Pierre Montezin, de Swiss Capital Alternative Investment, il est toutefois encore trop tôt pour juger de la résilience des hedge funds à la correction financière qui s'est concentrée sur les trois derniers jours du mois. Il faudra, selon lui, attendre les indices qui seront publiés mi-mars pour dresser un état des lieux pertinent.