Après un premier semestre essentiellement défensif, les hedge funds devraient dégager à nouveau des performances positives s'ils savent miser sur les stratégies adéquates, affirme l'Association suisse des fonds de placements (ASA). Celle-ci en identifie trois principales: «distressed», «macro» et «merger arbitrage».

La première mise sur l'effondrement de la valeur de marché des titres de crédit. L'approche classique consiste à prendre des positions longues sur des titres de dette massacrés en attendant qu'ils se revalorisent. Or, pour de nombreux gérants, le cycle n'a pas encore vraiment démarré et ne le fera que l'an prochain, après que la baisse du cycle économique a accru le nombre de défauts d'entreprises.

Créances à découvert

Aussi, les gérants les plus pointus prennent le pari inverse, celui de prendre des positions à découvert sur des créances qui devraient encore se dévaloriser. Les catégories de titres les plus recherchées à cet effet sont les crédits structurés comme les ABS (asset-backed securities) ou les CLO (credit-loans obligations).

La stratégie «macro», qui mise sur les écarts entre le développement de la conjoncture et les attentes des marchés, spécule sur les arbitrages suscités par le découplage entre les économies américaines, européennes et asiatiques. «Elle a dégagé des rendements de 10% à 15%», relève l'ASA. La stratégie «merger arbitrage» parie sur les différences de prix qui émergent avant et pendant une fusion ou une acquisition. La raréfaction des grosses opérations a déplacé le marché vers les petites opérations, dont le nombre s'est accru de 11% pendant les cinq premiers mois de l'année. Cependant, un ralentissement plus marqué de la conjoncture pourrait amener une diminution du nombre de transactions.