Le Temps: Les résultats semestriels dépassent les attentes des analystes. Et les vôtres?

Heinz Imhof: Nous sommes satisfaits d'avoir tiré notre épingle du jeu dans un marché difficile. Syngenta a notamment généré un free cash-flow remarquable de 707 millions de dollars qui permet de réduire la dette nette à 1,1 milliard, contre 1,8 il y a douze mois. Cela montre la solidité de l'entreprise.

– A propos de marché difficile, vous déclariez en août 2002 n'avoir rien vu de tel en trente-cinq ans de carrière. Le bout du tunnel est-il en vue?

– Je ne vois pas de changement majeur. Aux problèmes de l'agriculture s'est ajoutée la sécheresse en Europe qui a diminué les ventes de fongicides.

– Quel impact auront les négociations agricoles qui se déroulent à l'OMC?

– Il est difficile de le dire. Nous suivons ces discussions en observateurs et en partenaires de tous les pays, y compris ceux du tiers-monde où la demande de technologies agricoles est forte. Cela pourrait mettre l'Europe dans une situation particulière. Quoi qu'il en soit, nous nous adaptons.

– Syngenta investit 700 millions de dollars par an en recherche et développement. Quelles nouveautés faut-il attendre?

– Nous venons d'introduire quatre nouveaux produits, dont deux (Callisto et Actara/Cruiser) connaissent une progression des ventes encourageante. Nous achevons de restructurer notre gamme phytosanitaire, de 126 à 76 références. Il en résulte une amélioration qualitative, les nouveaux produits générant des marges supérieures. Nous nous développons également dans des spécialités destinées aux terrains de golf, au gazon ou à la lutte contre les termites.

– L'an dernier, vous reculiez face à votre concurrent Monsanto. Et aujourd'hui?

– Nous voulons gagner des parts de marché et avons bon espoir d'y arriver. Historiquement, Monsanto a un avantage dans les biotechnologies, mais les efforts consentis depuis quinze ans par AstraZeneca et la division agrochimique de Novartis qui ont fusionné en Syngenta porteront leurs fruits l'an prochain avec l'apparition de nouveaux produits dans ce secteur. Notre objectif est d'y devenir un leader.

– Les 800 employés de Syngenta à Monthey peuvent-ils dormir tranquilles malgré votre programme d'économies?

– Monthey est notre premier site mondial de production. Nous y avons beaucoup investi, il fait preuve d'une grande flexibilité et n'a aucun souci à se faire.