L’administration Trump a commencé à envoyer de l’argent aux quelque 150 millions d’Américains gagnant moins de 75 000 dollars par an. Pour contrecarrer les effets de la crise déclenchée par le coronavirus. Cette stratégie de l’«helicopter money» a l’avantage de la rapidité, mais peut manquer de précision, à l’image d’un Canadair déversant de grandes quantités de liquide sur une forêt embrasée. Le fisc américain a effectué une première vague de virements en faveur des contribuables ayant reçu des remboursements d’impôts en 2018 ou 2019, car il possédait leurs coordonnées bancaires. Seulement, certains d’entre eux n’étaient plus là pour recevoir cet argent. Car ils ne sont plus là tout court.

Les proches de ces contribuables décédés ont inondé le fisc de questions sur l’utilisation de cet argent. «Un paiement effectué en faveur de quelqu’un qui est décédé avant de le recevoir doit être retourné à l’IRS», a répliqué l’administration sur son site internet.

Lire aussi: L’«helicopter money» décolle aux Etats-Unis

Le Département américain du trésor n’a pas répondu au Washington Post, qui souhaitait savoir combien de contribuables morts ont été soutenus face au Covid-19 (à hauteur de 1200 dollars par adulte, assortis de 500 dollars par enfant de moins de 17 ans). Les comptes bancaires de ces disparus étaient encore ouverts au moment du virement, souvent le temps de régler les questions d’héritage.

Pauvres et vétérans payés en retard

Pour un couple dont l’un des membres est décédé, le ou la survivante doit rembourser la moitié des fonds reçus. Soit 1200 dollars pour un couple gagnant un revenu brut ajusté de moins de 150 000 dollars par an. D’autres couacs ont été relevés par les médias américains, comme de l’argent envoyé à une riche Britannique rentrée à Londres en 2018. Elle devra aussi rembourser, précise l’IRS. De même que les Américains incarcérés.

Lire aussi: L’«helicopter money» arrivera en retard

D’autres contribuables ont reçu un montant erroné, ou alors l’argent a été envoyé à la fiduciaire qui avait préparé leur déclaration d’impôts. Et la partie du site de l’IRS permettant de suivre un paiement (comme on trace la livraison d’un colis) n’a pas toujours été accessible.

Mi-avril, le Trésor a annoncé que plus de 80 millions d’Américains avaient reçu leur argent. Mais de nombreuses personnes particulièrement démunies n’en ont pas fait partie, souvent des gens à l’assistance publique ou des anciens combattants. La raison est que le fisc a eu besoin de temps pour savoir combien d’indemnités ces gens dans le besoin recevaient déjà de la part d’autres agences fédérales. Ce qui a créé de la frustration et un sentiment d’être des citoyens de seconde zone.

Lire aussi: L’hélicoptère monétaire plane sur la Suisse

Les besoins ne sont pas près de disparaître. Selon des chiffres publiés vendredi, 20,5 millions d’emplois ont été détruits en avril aux Etats-Unis et le chômage atteint un record à 14,7% (contre 4,4% en mars).