La multinationale américaine Hewlett-Packard (HP) envisage de réduire ses effectifs de 8 à 10%. Au moins 25’000 postes pourraient être supprimés, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Les suppressions de postes, qui pourraient comprendre des départs à la retraite, sont en cours de discussion. Elles n’ont pas encore été finalisées, ont indiqué ces sources à l’agence de presse Reuters.

La multinationale emploie plus de 300’000 personnes dans le monde. La réduction d’effectifs pourrait être annoncée la semaine prochaine, lors de la publication de ses résultats trimestriels.

Les analystes s’attendent à des suppressions de postes depuis que le groupe a annoncé en mars la fusion de ses divisions PC et imprimantes dans le cadre d’une vaste réorganisation. Celle-ci vise à dégager des économies et à relancer la croissance de l’entreprise.

Un porte-parole de HP s’est refusé à tout commentaire. Il a toutefois convenu que de telles mesures seraient compatibles avec de récentes déclarations de Meg Whitman, la directrice générale du groupe, sur de difficiles décisions à attendre.

En mars, durant l’assemblée générale des actionnaires, la DG, qui avait pris ses fonctions six mois plus tôt, avait par exemple souligné que le groupe souffrait «de vraies difficultés financières», remontant selon elle à la mi-2010. En février, elle avait déjà prévenu: «Il faut économiser pour pouvoir investir, nous ne pouvons pas maintenir notre structure de coûts actuelle et y ajouter des investissements.»