La pression ne baisse pas contre H&M en Chine. Depuis une dizaine de jours, la multinationale suédoise de prêt-à-porter fait l’objet d’un boycott après s’être engagée à ne pas acheter de coton du Xinjiang. Diverses organisations en Europe, aux Etats-Unis et en Australie affirment que les travailleurs, des Ouïgours en majorité, sont exploités dans les champs de coton et les usines de textile de cette province. Ce que le gouvernement chinois dément avec force.

Lire également: «Œil pour œil, dent pour dent», la nouvelle doctrine de Pékin