Hongkong restera-t-elle une place forte du luxe? Rien n’est moins sûr. Depuis le début de la crise politique en avril 2019, le tourisme d’affaires et de loisir dans la péninsule n’a cessé de s’effriter. Avec la pandémie de Covid-19, il est aujourd’hui pratiquement inexistant (20 000 visiteurs en juillet contre plus de 5 millions l’année précédente, selon Hong Kong Tourism Board). «Il n’y a plus personne dans les rues, dans les boutiques, tout est vide», témoigne Diego Böttger-Zevallos, un homme d’affaires suisse actif dans l’horlogerie.