Exportations

Hongkong est de nouveau le premier débouché des montres suisses

L’ancienne colonie britannique avait perdu sa couronne au profit des Etats-Unis durant le mois de juillet. Il ne se sera finalement agi que d’une simple rocade puisque Hongkong est redevenu, en août, le premier acheteur de montres suisses. Globalement, les exportations ont reculé de 11% à 1,35 milliards de francs

Pour l’industrie horlogère, les mois se suivent et se ressemblent. Mardi, la fédération horlogère (FH) a signé pour la 14e fois d’affilée une fiche mensuelle d’exportations en chute. En août, ces dernières ont reculé de 11% sur un an à 1,35 milliard de francs. C’est moins pire qu’en juillet, où la baisse avait atteint 20,5%.

Cette dégringolade s’explique notamment par la mauvaise performance des montres-bracelets en métaux précieux, dont les volumes de ventes ont été amputés de plus du quart. Les montres en acier, qui ont généré le chiffre d’affaires le plus important avec 541,5 millions, ont connu une évolution contrastée: le nombre de pièces vendues est en baisse (–1,8%) pour une valeur en hausse de 5,9%.

Situation à Hongkong «toujours pas assainie»

Hongkong a retrouvé la première place du podium. Premier débouché historique des garde-temps suisses, l’ancienne colonie britannique avait perdu sa couronne au profit des Etats-Unis durant le mois de juillet. Il ne se sera finalement agi que d’une simple rocade puisque Hongkong est redevenu, en août, le premier acheteur de montres suisses (pour 160,7 millions de francs, soit une baisse de 28,7%).

Les Etats-Unis retrouvent donc la deuxième position, avec des achats se montant à 147,4 millions de francs (–12,4%). Et pour la suite? «J’ai l’impression que la situation à Hongkong n’est pas encore assainie, explique Maurice Altermatt, chef de la division économique de la FH. La transformation structurelle de ce marché n’est pas terminée…»

Au Japon, les Chinois achètent moins

Toujours en Asie, le Japon accuse un brutal coup de frein à –27,1% (76,7 millions). Dans son communiqué, la FH évoque une détérioration «soudaine et importante». «Depuis le deuxième trimestre, on constate que les exportations en direction du Japon sont en recul, précise Maurice Altermatt. Le raffermissement du yen face au yuan chinois pose problème. Cela se vérifie dans les statistiques: les touristes chinois sont toujours aussi nombreux, mais ils achètent des produits pour des montants plus faibles, comme des cosmétiques.» Et si les Japonais eux-mêmes sont toujours «de grands amateurs de montres suisses», force est de constater que la consommation domestique est, elle aussi, en train de se stabiliser, affirme Maurice Altermatt.

Les exportations ont continué en revanche leur folle embardée au Royaume-Uni (+23,5% à 95,2 millions, après une hausse de 13,4% en juillet) grâce à une livre sterling affaiblie par les conséquences attendues du vote sur le Brexit. Sur le reste du Vieux Continent, la tendance est restée à la baisse. L’Allemagne (–14,7%) et la France (–24%) continuent de souffrir, notamment à cause de la menace terroriste, qui pèse sur le tourisme.

Publicité