Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un passant dans le quartier des finances de Hongkong. /AFP /ISAAC LAWRENCE
© Isaac Lawrence

Classement

Hongkong reprend sa place de ville la plus chère pour les expatriés

Hongkong, Tokyo et Zurich sont sur les marches du podium du classement des villes les plus chères pour les expatriés, qui a aussi vu les villes européennes gagner des places en raison d’un euro fort, selon l’étude annuelle du cabinet américain Mercer

Hongkong, qui avait été détrônée l’an dernier par Luanda, a retrouvé en 2018 son titre de ville la plus chère du monde pour les expatriés, selon l’étude annuelle du cabinet américain Mercer publiée mardi.

«Stimulées par le durcissement de la politique monétaire chinoise, la prospérité économique et les efforts visant à faire du yuan une devise internationale, les villes chinoises ont grimpé au classement», fait remarquer Yvonne Traber, spécialiste de la mobilité chez Mercer.

Ces trois dernières années, Hongkong et la capitale angolaise jouent au chassé-croisé, prenant à tour de rôle la première place du classement Mercer. Mais cette année, Luanda dégringole au sixième rang, laissant Tokyo et Zurich compléter le podium en grappillant chacune une place. Deux autres villes asiatiques, Singapour et Séoul, rejoignent le top 5.

L’enquête, réalisée en mars, prend pour référence la ville de New York (13e cette année) et le dollar américain. Plus de 200 métropoles sont comparées, sur des dizaines de paramètres, comme le coût du transport, de la nourriture, de l’habillement, des loisirs, des appareils ménagers et du logement. Cette étude est particulièrement suivie par les gouvernements et les entreprises qui prennent en compte son classement pour calculer les indemnités d’expatriation de leurs employés.

Lire aussi: Pour les expatriés, c’est la galère de trouver des amis suisses

Les conséquences du renforcement de l’euro

Les villes européennes, portées par le renforcement de l’euro face au dollar, ont globalement bondi au classement 2018. Paris (34e, +28) Rome (46e, +34) Madrid (64e, +47) et Vienne (39e, +39) font partie des capitales d’Europe de l’Ouest qui progressent le plus. En Allemagne, Munich (57e) a pris 41 places tandis que Francfort et Berlin ont progressé de 49 places pour se hisser aux 68e et 71e rangs.

Lire aussi: Zurich, cette ville toujours plus française

Logiquement, les métropoles américaines souffrent de l’effet inverse et perdent des places, à l’image de San Francisco et Los Angeles qui reculent de 7 et 13 places pour se classer 28e et 35e. La plupart des villes du Moyen-Orient reculent également en raison de la baisse des loyers observée dans la région. Dubaï (26e) perd ainsi sept places et Abu Dhabi (40e) recule de 18 rangs par rapport à l’an dernier.

Parmi les villes les moins chères recensées par Mercer, Tachkent (Ouzbékistan) ferme la marche à la 209e place, après Tunis et la capitale kirghize Bichkek.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)