Des prescriptions de médicaments retardées, des patients orientés vers d’autres établissements, des notes prises à la main… Depuis vendredi dernier à 19h45, l’hôpital de Rouen en Normandie subit les affres d’une cyberattaque d’une ampleur jamais vue en France. Le centre hospitalier, comptant 2500 lits et 10 000 collaborateurs, a été visé par un rançongiciel (ou ransomware) qui a paralysé une partie de ses ordinateurs. Immédiatement, les responsables de l’établissement ont débranché tout le système informatique pour éviter une contagion globale. Mardi, les ordinateurs continuaient, un à un, à être redémarrés et l’on ne savait pas encore quand l’ensemble du système serait de nouveau opérationnel.

La motivation de hackers est souvent l’argent: payez et nous vous rendons l’accès à nos machines. Ces derniers mois, des attaques similaires ont visé des chaînes de cliniques privées en France, ainsi que des hôpitaux en Angleterre et aux Etats-Unis, forçant même des établissements à transférer ailleurs des patients.