Informatique

Les hôpitaux, cible de choix des hackers: comment la Suisse tente de se protéger contre le fléau des ransomwares

Paralysé depuis vendredi soir par une cyberattaque majeure, l’hôpital de Rouen, en Normandie, illustre la vulnérabilité des établissements de soins face aux hackers. Une attaque de ce type n’est pas exclue en Suisse, alors que plusieurs entreprises helvétiques ont été touchées

Des prescriptions de médicaments retardées, des patients orientés vers d’autres établissements, des notes prises à la main… Depuis vendredi dernier à 19h45, l’hôpital de Rouen en Normandie subit les affres d’une cyberattaque d’une ampleur jamais vue en France. Le centre hospitalier, comptant 2500 lits et 10 000 collaborateurs, a été visé par un rançongiciel (ou ransomware) qui a paralysé une partie de ses ordinateurs. Immédiatement, les responsables de l’établissement ont débranché tout le système informatique pour éviter une contagion globale. Mardi, les ordinateurs continuaient, un à un, à être redémarrés et l’on ne savait pas encore quand l’ensemble du système serait de nouveau opérationnel.

La motivation de hackers est souvent l’argent: payez et nous vous rendons l’accès à nos machines. Ces derniers mois, des attaques similaires ont visé des chaînes de cliniques privées en France, ainsi que des hôpitaux en Angleterre et aux Etats-Unis, forçant même des établissements à transférer ailleurs des patients.