Lu et attendu. Mais aussi critiqué. Le nouveau rapport annuel de la banque américaine Morgan Stanley sur l’horlogerie suisse a été publié jeudi. Ce délicat exercice d’estimation des résultats des marques ne fait jamais que des heureux: les uns se plaignent d’y avoir été sous-estimés et disqualifient ces «spécialistes autoproclamés» quand les autres y guettent minutieusement l’évolution de leurs concurrents directs.

Lire aussi: Les résultats secrets des horlogers font débat