Analyse

Horlogerie: «y a t-il un Genevois dans la salle?»

De multiples initiatives verront le jour en 2020 pour valoriser l’industrie horlogère dans le monde. C’est une bonne nouvelle. Ce serait encore plus efficace si ces efforts pouvaient être coordonnés. Et qui mieux que la Fédération horlogère pour endosser ce rôle?

C’était dit avec humour. Mais la démonstration s’est révélée éclairante. Début novembre, à La Chaux-de-Fonds, lors de la soirée lançant les festivités du dixième anniversaire de l’inscription du patrimoine urbanistique des Montagnes neuchâteloises à l’Unesco, le conseiller d’état chargé de l’économie Jean-Nat Karakash a demandé: «Y a-t-il un Genevois dans la salle?» Silence. Pas une main ne s’est levée. Les quelque 200 personnes présentes dans ce fabuleux théâtre à l’italienne (parmi lesquels 14 ambassadeurs) souriaient timidement.

Lire aussi: Pluie d’inscriptions à la biennale horlogère des Montagnes neuchâteloises