L’expression est certes galvaudée. Il n’empêche, c’est celle qui convient dans le cas présent. Pour l’industrie horlogère suisse, la crise actuelle est historique.

La Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH) a dressé mardi matin le bilan d’un premier semestre qui a vu la valeur des exportations de garde-temps chuter de 35,7% par rapport à 2019, pour s’établir à 6,9 milliards de francs. Les volumes se sont quant à eux effondrés de 44,9%, à 5,5 millions de pièces. Tous les segments de prix sont concernés. L’entrée de gamme en particulier.