Une perte doublée en Italie, à plus de 20 millions d’euros, et une demande quasi en berne pour l’Egypte. Ce sont les deux points noirs soulevés vendredi à Glattbrugg (ZH) par Hotelplan, qui présentait ses chiffres pour l’exercice 2011/2012 clos à fin octobre.

Pourtant, le voyagiste en mains du groupe Migros ne se décourage pas. Malgré le recul «massif» du chiffre d’affaires dans la Péninsule (-26,3% à 108,1 millions d’euros), «un contexte difficile pour le voyage et le tour operating» et en dépit du fait qu’«Hotelplan serait rentable sans l’Italie», le groupe tient à y conserver sa présence. Elle est réajustée et réorientée pour tenter de tirer son épingle du jeu, dans un pays où la consommation a reculé de presque 4% sur la seule année 2012, d’après les statistiques officielles publiées vendredi.

«Nous y croyons encore»

Une fois passé les obstacles administratifs pour pouvoir réduire les effectifs, seulement un tiers des 300 employés transalpins seront conservés, comme déjà annoncé au début du mois. Sous l’égide d’un nouveau directeur, Hotelplan Italia, qui représente un peu moins de 11% des revenus du groupe, va désormais se concentrer sur deux axes, soit les long-courriers et une destination en particulier: l’Egypte, un pays déserté par les touristes.

Le Printemps arabe a fait son œuvre et d’après l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le pays a accusé un recul de 32% du nombre de visiteurs en 2011. Une baisse quatre fois supérieure à celle qu’ont subie les autres régions du Moyen-Orient, en moyenne.

«Nous y croyons encore, défend pourtant la porte-parole du groupe. Sans doute que le retour à la normale ne sera pas pour cette année, mais les Italiens ont toujours énormément apprécié cette destination.» Pour 2012, l’OMT parle d’un «net redressement» au pays des pharaons, sans donner de chiffres précis. Une hausse d’une quinzaine de pour cent est évoquée par diverses sources.

Hotelplan, qui, pour la saison d’hiver 2012, n’avait prévu aucun charter pour les bords de la mer Rouge, parle de son côté d’une croissance à deux chiffres des réservations, entre l’automne 2011 et l’automne 2012. Mais c’était avant le regain des tensions socio-politiques au Caire et avant qu’un accident de montgolfière provoque la mort d’une vingtaine de touristes à Luxor. «Les vols charters pour l’Egypte reprennent à Pâques, à raison de plusieurs fois par semaine», annonce la porte-parole.

Réservations tardives

De manière plus globale, le groupe Hotelplan est dans les chiffres rouges pour la quatrième fois consécutive. La perte opérationnelle s’est encore creusée de 6 millions de francs, à 25,8 millions, l’an dernier. Outre les résultats en Italie, le chiffre d’affaires souffre de l’absence des dizaines de millions de revenus provenant de la filiale russe Ascent, vendue au printemps dernier, mais aussi de la baisse de ceux d’Hotelplan Suisse. Sa principale entité (46% des ventes) a en effet connu une baisse de 12,4% de son chiffre d’affaires, à 558 millions de francs.

L’été 2013 s’annonce meilleur, même si la prudence est de mise. Car, cette année plus que les précédentes, les réservations se feront tardivement, selon Hotelplan. Le groupe a toutefois déjà établi le grand de son offre. Les charters partiront vers les îles grecques ou espagnoles, la Turquie, la Tunisie ou le Royaume-Uni. Les long-courriers vers l’Afrique, la Thaïlande et l’Australie sont, eux, déjà bien plébiscités par les vacanciers suisses.