Hotelplan est resté dans les chiffres rouges lors de son exercice 2009/2010 achevé fin octobre. Mais le voyagiste zurichois en mains de Migros a réduit sa perte opérationnelle (EBIT), qui passe de 26,8 millions à 12,9 millions de francs en l’espace de douze mois.

L’exercice sous revue a été marqué par l’achèvement de la restructuration du groupe ainsi que de sa direction, a indiqué mardi au siège du voyagiste à Glattbrugg (ZH), Hans Lerch, patron d’Hotelplan depuis mai 2010. Le numéro deux suisse du voyage a aussi réorganisé ses affaires en Grande-Bretagne, après y avoir acquis Enigma Travel, un spécialiste des vacances de ski.

Le voyagiste a également revu de fond en comble son secteur informatique. Conjugués à l’appréciation du franc par rapport à l’euro et la livre britannique, des amortissements supplémentaires ainsi que les interdictions de vols liées à l’éruption d’un volcan islandais, ces éléments ont pesé sur la performance d’Hotelplan.

Mais hors exceptionnels, l’EBIT s’est inscrit dans le noir à hauteur de 13,6 millions de francs, contre une perte de 4,1 millions durant l’exercice 2008/2009. Quant au chiffre d’affaires, il a diminué de 8% à 1,49 milliard de francs, comme l’a indiqué il y a quelques jours le groupe Migros.

Activités suisses rentables

L’exercice 2009/2010 a également été placé sous le signe du retour à la rentabilité des activités suisses d’Hotelplan, en dépit du recul des ventes de 14,2% à 660,3 millions de francs, a enchaîné Thomas Stirnimann, patron d’Hotelplan Suisse. Les chiffres noirs avec un EBIT de 6,7 millions reflètent la baisse massive de coûts.

Achevée, la réorganisation des activités helvétiques s’est soldée par la disparition des marques Escor, M-Travel et Easytravel et le nombre de catalogues est passé de 55 à 40. Dans ce cadre, «nous avons sciemment renoncé à certaines affaires», a noté M. Stirnimann.

Evoquant la situation en Tunisie, les responsables du voyagiste, numéro un helvétique pour cette destination, se sont dits inquiets. D’autant plus que les événements se déroulent au moment des premières réservations. Hotelplan suit l’évolution avec le Département fédéral des affaires étrangères, tout en espérant un rapide retour au calme.

Quant aux résultats des autres filiales, ils ont été touchés par l’appréciation du franc, entre autres. Hotelplan Italia, Ascent Travel Russia et Hotelplan Great Britain ont essuyé une perte opérationnelle. Les activités sur internet de Travelwindows ont également bouclé l’exercice dans le rouge, en raison des investissements consentis pour accéder à de nouveaux marchés, comme l’Autriche.