C’est ce qui s’appelle mettre les bouchées doubles. En poste depuis début août, le patron ad interim de HSBC, Noel Quinn, prévoit de supprimer 10 000 emplois sur les 238 000 que compte le groupe bancaire britannique dans le monde. Une nouvelle que rapporte le Financial Times lundi, citant des sources internes.

Ces mesures interviennent deux mois seulement après l’annonce d’un premier plan touchant 4000 postes, doublé du départ surprise du désormais ex-directeur général John Flint, dont les efforts ont été jugés insuffisants face aux difficultés qu’affronte la branche dans son ensemble.