Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Norvège, Lituanie et peut-être demain Allemagne ou France… Chaque jour ou presque, la liste des pays qui bannissent ou enquêtent sur Huawei s’allonge. L’équipementier télécom chinois fait peur. Accusé d’espionnage, soupçonné de collusion avec le pouvoir de Pékin, Huawei est au cœur d’une tempête sans précédent. Une tempête qui touche de très près la Suisse, la multinationale fournissant notamment le réseau mobile de Sunrise et une partie du réseau fixe de Swisscom. Voici, en sept points, les enjeux d’une bataille planétaire.

Lire les propos de Felix Kamer, vice-président de Huawei Suisse: «Nous n’installerons jamais de porte dérobée»