Promotion

«I feel at home»

Johann Schneider-Ammann pilote une mission économique en Asie centrale. Il se retrouve au milieu des siens: les industriels et représentants de l’économie

«I feel at home.» Johann Schneider-Ammann avait déclenché quelques ricanements lorsqu’il a prononcé cette phrase devant un parterre d’industriels rencontrés à l’occasion de l’une de ses premières visites en tant que ministre de l’Economie. C’était en Inde en 2011. Et c’était pour lui une façon de dire que c’est lors de ses rencontres avec des industriels que l’ancien patron du groupe Ammann se sent le plus à l’aise.

Lire aussi: L’Asie centrale en quête d’émancipation

Cette phrase, il l’a répétée lundi à Soumgait, près de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, lorsqu’il a inauguré le nouveau site construit par le groupe Sika, spécialisé dans les matériaux de construction. Il l’a répétée avec le sourire et en est visiblement fier. Accompagné d’une vingtaine de représentants de l’économie, Johann Schneider-Ammann pilote cette semaine une mission économique dans quatre pays d’Asie centrale, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Kirghizistan. Le conseiller fédéral aime jouer ce rôle d’ouvreur de portes dont le but est de faciliter d’éventuels investissements helvétiques dans ces pays.

Générateur en panne

La délégation économique de 35 personnes est emmenée par le président d’Economiesuisse, Heinz Karrer, et réunit des représentants de banques privées, d’ABB, Stadler Rail, Holcim, Rieter, Bühler, MSC, Swiss Medical Network ainsi que l’ancienne conseillère fédérale Ruth Metzler, présidente de Switzerland Global Enterprise, qui a pour but de promouvoir l’internalisation des entreprises.

Pour transporter tout ce monde, il a fallu affréter trois petits avions d’affaires, dont le jet du Conseil fédéral, qui a joué un vilain tour à ses occupants: l’un de ses générateurs, tombé en panne, a dû être réparé à Bakou, entraînant des retards dans les déplacements.

Publicité