Fintech

ICO: la réussite passe par une communication éclairée

Tout projet d’ICO (Initial Coin Offering) doit se démarquer s’il veut atteindre ses objectifs de levée de fonds. Cela passe nécessairement par une communication adaptée aux différents publics cibles

L’année 2017 a sans aucun doute été celle du bitcoin. Cet engouement pour la cryptomonnaie a amené un certain nombre d’acteurs à s’engager davantage et à investir dans des ICO, opérations grâce auxquelles des entreprises, souvent des start-up, vendent leurs propres jetons cryptographiques (tokens) afin de financer leur développement.

Cette démarche peut se révéler très rémunératrice, mais le processus est risqué en raison du manque de législation en vigueur et d’organes de contrôle. Comme l’indique un certain nombre d’études, plus de 80% des ICO échouent rapidement ou sont de simples escroqueries. Elles sont lancées sans aucune intention réelle de perdurer et de poursuivre le développement de leurs activités une fois la levée de fonds réalisée.

Dans ce contexte teinté de méfiance, il paraît primordial d’adopter une approche communication et marketing sophistiquée. On ne peut plus uniquement compter sur le «buzz» autour du secteur ou sur un «coup» marketing tel que le soutien d’une célébrité. Il convient d’élargir le champ d’action de la communication et de développer des messages et des contenus distincts et adaptés aux différentes cibles, que ce soit dans le but de créer une image de marque, de relations investisseurs ou de relations publiques.

Cette stratégie deviendra d’autant plus incontournable que, dès le mois de juin prochain, Google interdira vraisemblablement toute publicité pour les ICO sur ses plateformes, y compris YouTube, et ce afin de «protéger» ses utilisateurs. D’autres acteurs ont déjà franchi ce pas, c’est le cas de Facebook, ou sont sur le point de le faire (Snapchat, Twitter, MailChimp). Cette tendance va donc se généraliser.

Des actions à but éducatif

Nouveau, peu documenté et 100% digital, l’environnement des ICO est d’une grande complexité. Lors d’une ICO l’investisseur acquiert des jetons qui lui donnent accès à différents types de prestations. En Suisse, l’autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) en distingue trois types (des formes mixtes étant également possibles): les jetons de paiement assimilables à des cryptomonnaies pures et qui ne sont pas liés à d’autres fonctionnalités ni à d’autres projets, les jetons d’utilité qui donnent accès à un usage particulier ou à des services numériques et les jetons d’investissement qui représentent des valeurs patrimoniales telles que des parts d’entreprises (actions).

Chaque ICO ayant un profil et un but très spécifique, il est donc essentiel de cibler sa communication afin d’attirer un maximum d’investisseurs ayant une affinité avec le projet et de leur accorder une attention particulière. Par exemple, un jeton qui donne des privilèges de bande passante attire un type particulier d’audience. Un jeton qui donne accès à un algorithme de change attire un autre type d’investisseurs. Suivant le domaine, il est même très probable que l’audience idéale n’ait aucun lien avec le monde des cryptomonnaies et de la blockchain. En effet, la récente émergence de ces technologies auprès du grand public exige un effort supplémentaire d’éducation auprès des publics cibles sur l’utilité finale d’un jeton.

Cela peut être le cas, par exemple, avec les plateformes de paris sportifs en ligne. Il revient donc à chaque société d’adopter une approche communicationnelle suffisamment pédagogique pour informer et, si besoin, rassurer.

Une relation de confiance

Par ailleurs, lors de la levée de fonds, le produit final n’est pas forcément développé. Les sociétés se limitent souvent à la promotion du potentiel de la technologie. Ceci représente un risque important pour les investisseurs. Hormis ce risque, il est courant qu’un projet soit la cible d’attaques qui ont pour seul but celui de le discréditer. Il est donc indispensable d’élaborer en amont une stratégie de communication qui permet d’établir une relation de confiance avec ses publics cibles et de forger une réputation de solidité au projet et à l’équipe dirigeante.

Celle-ci passe par une présence régulière dans les médias de référence sous forme d’interviews et d’articles, de prises de position sur des enjeux publics ou encore de participation à des événements dédiés. Il est également important de ne pas négliger la présence sur les réseaux sociaux. Il convient enfin de développer un volet communication institutionnelle qui visera la transparence totale, notamment en ce qui concerne les membres de la direction de la société, la vision de cette dernière, les décisions prises ainsi que l’utilisation des moyens financiers.

Finalement, il ne faut pas négliger les risques de hacking, tels que des vols de jetons ou des atteintes aux systèmes informatiques. Au-delà des ressources dédiées à la sécurité, il est donc nécessaire de consacrer des moyens importants à une communication proactive (guides d’utilisation, articles, FAQs) afin de limiter le potentiel de contentieux.

Explorez le contenu du dossier

Publicité