Le groupe Implenia a surtout fait parler de lui récemment pour ses démêlés avec Laxey. Ce fonds d'investissement britannique réclame un changement à la tête du conseil d'administration du numéro un suisse de la construction. Pendant ce temps, les affaires continuent pour Implenia: vendredi, le leader suisse du marché a annoncé la création d'une coentreprise avec Russian Land, premier promoteur immobilier de Russie. La nouvelle entité, baptisée Russian Land Implenia (RLI), qui sera contrôlée à part égale par les deux sociétés, se chargera de la planification, de la réalisation et de la gestion de tous les projets de développement et de construction de Russian Land.

Russian Land est déjà dirigé par un Suisse

Première entreprise de services immobiliers de Russie, Russian Land est majoritairement détenue par l'entrepreneur Chalva Tchirgirinsky, qui dirige par ailleurs la société pétrolière Sibir Energy, basée à Londres. Le CEO de Russian Land, Urs Häner, est, lui, Suisse, ce qui a aussi facilité le rapprochement. En parallèle, Russian Land va acquérir une participation de 2,71% dans le capital d'Implenia, soit 500000 titres, au prix de 39 francs par action. Côté direction, le conseil d'administration d'Implenia a décidé de proposer l'élection d'Urs Häner, CEO de Russian Land, en tant que nouvel administrateur lors de sa prochaine assemblée annuelle. Anton Affentranger, président d'Implenia, sera, lui, nommé au conseil d'administration de Russian Land. Pour couper court à toutes rumeurs éventuelles, Implenia souligne que Russian Land n'a pas l'intention de mettre la main sur le groupe zurichois. «Russian Land s'est engagé à ne pas faire d'offre publique d'achat dans les cinq ans à venir», précise Implenia dans son communiqué. Le groupe zurichois estime que la création de cette coentreprise l'aidera à atteindre son objectif d'une marge opérationnelle de 6% à l'horizon 2012, contre seulement 0,8% en 2006.

Laxey salue l'opération

L'annonce a profité à l'action d'Implenia qui a regagné 3,9% à 34,65 francs vendredi. C'est davantage que le prix de 33,23 francs par action proposé à la mi-novembre par le fonds d'investissement Laxey Partners lors du lancement de son offre publique d'achat sur Implenia. L'offre du fonds britannique, qui contrôle plus de 34% du capital-actions d'Implenia, avait été qualifiée de «factice» par Anton Affentranger, qui juge ridicule le prix proposé par Laxey. De son côté, Laxey a réagi favorablement à cette annonce vendredi. Une attitude quelque peu surprenante étant donné que Laxey avait souvent justement critiqué auparavant la stratégie d'expansion à l'international menée par Implenia. Quoi qu'il en soit, le prix de 39 francs auquel Russian Land va racheter 500000 actions Implenia ne fait pas l'affaire du fonds britannique, qui visait à récolter des titres supplémentaires du groupe de construction à bon compte jusqu'à la mi-décembre.