Si les entreprises sont la cible de pirates, qu’en est-il des infrastructures publiques, tels les centrales nucléaires ou les barrages hydrauliques? Mardi à Zurich, la société de sécurité informatique Symantec présentait une étude sur le sujet. «En Suisse, il n’y a eu à notre connaissance aucun piratage de ce genre, explique Candid Wüest, chercheur chez Symantec. Mais cela pourrait arriver: en 2005, un ordinateur défectueux a causé la paralysie des voies des CFF à Zurich, provoquant d’importants retards. Une attaque causant ces dégâts serait possible, même si elle est peu probable.»

A l’étranger, Symantec a répertorié une dizaine de cyberattaques ayant touché des réseaux électriques ou des pipelines. «En Suisse, les autorités sont conscientes des risques. Et il faut presque toujours un ordre donné par un humain, les machines ne contrôlent pas tout», note Myriam Dunn Cavelty, chercheuse dans le domaine des risques à l’EPFZ.