La société genevoise Endosense entre en phase clinique. Son cathéter pour ablation avec détection de force est testé auprès de 70 patients.Ce produit vise à faciliter les interventions cardiaques pour le traitement de la fibrillation auriculaire, une maladie qui constitue une cause majeure d'accidents vasculaires cérébraux.Vers un marquage CECette maladie touche plus de six millions de personnes dans le monde. «La majorité des patients atteints de fibrillation auriculaire sont actuellement traités par des médicaments inefficaces et responsables d'effets secondaires», explique Endosense dans un communiqué. Autre alternative: la chirurgie mais elle est très invasive. Enfin, l'ablation percutanée constitue la troisième possibilité. Le médecin introduit un cathéter depuis l'aine et le fait glisser jusqu'au cœur par une veine. Le cathéter d'Endosense permet, grâce à un senseur de force, de fournir des informations au cardiologue quant au contact de l'appareil sur la paroi cardiaque. Le chirurgien peut ainsi doser de manière optimale la force entre le cathéter et le muscle cardiaque. Ces renseignements permettent d'éviter une perforation de la paroi cardiaque.La société Endosense, qui a levé 26 millions de francs en 2006, souhaite obtenir un marquage CE en vue d'une commercialisation de son produit.