Les têtes de lecture magnétiques permettent de réduire fortement la taille du disque dure des ordinateurs. Des expériences, présentées dans la revue en ligne Nature Materials du mois de novembre, montrent les processus intervenant dans ces électroaimants.

Les recherches ont été effectuées par une équipe placée sous la direction d'Alan Drew de l'Université de Fribourg et de Queen Mary à Londres et d'Elvezio Morenzoni de l'Institut Paul Scherrer. A long terme, de telles expériences indiqueront aux ingénieurs les points cruciaux dont ils doivent tenir compte lors de l'optimisation de ces têtes.