Qu'ont en commun les machines Nespresso, les fers à repasser LauraStar ou les systèmes d'accès sans contact de Kudelski? Une partie de la technologie de ces appareils a été développée au sein de la société lausannoise Inov3.

La richesse de ce bureau d'ingénieurs réside dans ses idées. «Nous développons souvent pour nos clients des éléments en apparence tout simples mais il fallait y penser», explique Jean-Luc Denisart, cofondateur d'Inov3. C'est ainsi que son équipe et le designer Antoine Cahen des Ateliers du Nord ont trouvé le moyen de mettre les capsules Nespresso à l'horizontal dans la machine. Quand on monte le levier, la capsule est automatiquement engloutie et tombe dans la poubelle intégrée. «Un porte-capsules externe n'est plus nécessaire, explique Jean-Luc Denisart. Nous continuons de travailler pour Nespresso pour leurs machines qui sortiront d'ici deux à trois années.»

Le bureau collabore également avec Nestlé pour sa machine Dolce Gusto qui délivre des cafés mais également des cappuccinos chauds et froids, latte macchiato ou des boissons chocolatées. Inov3 a développé ce projet depuis son stade initial il y a six ans environ et a suivi le processus complet jusqu'à la mise sur le marché. «Nous avons participé à la création des capsules et de la tête d'extraction.» Aujourd'hui, près de 2 millions de machines sont produites. Inov3 a également codéveloppé la Dolce Gusto de deuxième génération, qui sortira sur le marché en fin d'année. «Nous avons encore modifié la tête d'extraction pour la rendre plus intuitive et facile d'utilisation», explique Jean-Luc Denisart.

La société, qui compte onze collaborateurs, réalise un chiffre d'affaires d'environ 2 millions de francs. Jean-Luc Denisart, Jean-Luc Colantonio et Lucio Scorrano se sont connus lors de cours du soir effectués en vue d'obtenir un diplôme d'ingénieur alors qu'ils exerçaient des métiers de mécaniciens et dessinateur machine. Jean-Luc Denisart a précédemment travaillé chez LauraStar, un poids lourd en matière de systèmes de repassage, basé à Châtel-Saint-Denis. «J'ai constaté certaines erreurs de modélisation dans une précédente gamme de fers à repasser», explique-t-il. Il y a presque dix ans, il décide de créer Inov3 grâce au soutien financier de LauraStar et du designer Antoine Cahen des Ateliers du Nord qui ont respectivement injecté 50000 et 20000 francs dans la société. Le premier produit d'Inov3 a donc été de repenser un fer à repasser. «Nous avons réinventé la centrale de vapeur Steamup. L'astuce a été de séparer le réservoir d'eau qui chauffe très vite et d'amener l'eau par une pompe au fer selon un peu le même modèle que la machine à café. Il ne faut plus attendre que le système refroidisse lorsque l'on doit recharger le réservoir d'eau», explique Jean-Luc Colantonio.

La société lausannoise a participé à d'autres projets, à l'exemple de meubles de présentation pour les coins Tupperware ou a rendu réglable le système d'accès Sport Access de Kudelski. «Pour l'instant, nous n'avons pas eu besoin de démarcher pour trouver des clients. Si quelqu'un vient vers nous avec une idée originale, nous pouvons la concrétiser, aussi bien dans le domaine de l'électroménager dans ou la mécanique au sens large», note Jean-Luc Denisart.

Les fondateurs d'Inov3 ont tenté de mettre sur le marché un objet totalement maison. Il y a huit ans, l'équipe a développé des bouilloires électriques de 7 décilitres. «A ce moment-là, ce type d'objet n'existait pas. Les bouilloires contenaient plusieurs litres et les utilisateurs avaient tendances à chauffer plus de liquide que nécessaire». La bouilloire d'Inov3 n'a pourtant jamais vu le jour. «Il nous manquait un réseau de distribution», explique Jean-Luc Denisart.

Un produit maison reste pourtant le rêve des fondateurs d'Inov3. «Il faut une bonne idée qui s'inscrive dans la tendance du moment. Et arriver ni trop tôt ni trop tard.»