Insectes télécommandés

- A la dernière conférence MEMS 2008, l'Université du Michigan aprésenté un coléoptère muni d'implants, pilotable à distance comme un modèle réduit. Cette recherche est soutenue par le Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency) aux Etats-Unis. Trois électrodes sont implantées dans ce scarabée, appelé Cyborg Beetle. Deux d'entre elles plongent dans les muscles des ailes, à droite et à gauche, et la troisième s'enfile dans le ganglion cérébral de l'insecte. Ces trois stimulateurs sont reliés à un minuscule contrôleur électronique et à une pile lithium-ion, tous deux solidement installés sur le thorax de l'insecte. Ce sac à dos thoracique porte, au bout d'un bras coudé, un stimulateur visuel composé de diodes électroluminescentes, placées devant les yeux de l'insecte. En les allumant, on peut inciter le coléoptère à se diriger dans une certaine direction.

Diagnostic

- Des chercheurs canadiens du Centre universitaire de santé McGill ont mis au point un nouveau test de dépistage du VIH dont le résultat est connu en environ vingt minutes. Les essais réalisés en Inde ont montré une concordance de 100% avec les tests sanguins. Il suffit de recueillir de la salive sur un bâtonnet, semblable à celui du test de grossesse, et de le placer dans un petit tube qui contient une solution particulière. Entre 20 et 40 minutes après le résultat apparaît sous forme d'une ligne violette au sommet du bâtonnet si le résultat est positif.

Biocarburant

- Les chercheurs du Laboratoire national de Los Alamos (Nouveau-Mexique) ont décodé le génome d'un champignon tropical (T. reesei) pour comprendre comment cet organisme parvenait à dégrader si efficacement la cellulose. Ce champignon pourrait être employé pour sécréter des enzymes capables de digérer la cellulose et de la transformer en sucres simples. Après fermentation, les sucres seraient transformés en éthanol utilisé pour produire les fameux «biocarburants» selon Sciences et Avenir.

Herbe anti-gaz

- Le méthane rejeté par les troupeaux de bovins contribue de façon non négligeable aux émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire ce phénomène, des scientifiques de Gramina, une entreprise de biotechnologie, sont en train d'élaborer une herbe qui permettra de réduire la quantité de méthane émis par les bovins, selon une publication de la revue Chemistry & Industry.