Le parc de trois Pelamis qui a été inauguré au Portugal le 23septembre fournit de l'électricité à partir de l'énergie de la houle. Ce premier parc au monde est installé à environ 5 kilomètres de la côte, au large de Povoa de Varzim, près de Porto. Les Pelamis (serpents de mer en grec) sont le fruit d'une technologie développée par la société écossaise Pelamis Wave Power en partenariat avec des investisseurs privés portugais.

500 foyers

Les Pelamis sont des générateurs d'électricité, constitués de quatre flotteurs entre lesquels sont intercalés trois modules de conversion de puissance. Les éléments sont reliés entre eux par des vérins, et la houle en passant sur les flotteurs imprime une flexion aux joints de la structure, dans un mouvement d'ondulation qui se répercute sur l'ensemble des 142mètres du «serpent». L'oscillation oblige alors les pistons des modules à comprimer un fluide hydraulique, qui est propulsé à haute pression vers deux moteurs hydrauliques qui entraînent à leur tour deux turbines. Le mouvement se répète à chaque passage de vague. Le Pelamis peut produire jusqu'à 750 kW d'électricité soit 2,7GWh/an, l'équivalent de la consommation de 500 foyers. L'électricité est acheminée par un câble sous-marin jusqu'au Yoke, la tête du serpent, puis de là vers la station d'Aguçadora, sur la côte. L'électricité est alors intégrée au REN, le réseau de distribution portugais.

Pionniers

Conçu par Pelamis Wave Power en partenariat avec Enersis, filiale portugaise du groupe australien Babcock and Brown, les trois Pelamis représentent un investissement de 9 millions d'euros (15% de fonds publics). L'innovation technique est indiscutable. Il a fallu entre autres dresser une sorte de cartographie de la houle sur la façade atlantique, afin d'établir les lieux optimums de rapport entre force et régularité des vagues, puis modéliser les données. La sécurité a fait l'objet de recherches particulières, les Pelamis étant semi-immergés, ils sont protégés par une signalisation très précise. L'analyse des fonds marins pour garantir la solidité des ancrages des engins et des études de l'impact sur l'environnement ont entraîné un an de retard sur le calendrier prévisionnel. «Ce sont les risques des pionniers. Nous avons franchi le pas, et nous sommes entrés dans la phase précommerciale. A terme il s'agit de créer un parc de 25 Pelamis pour une capacité installée de 21 MW, soit de l'électricité pour 15000 foyers. Coût total de l'investissement: 70 millions d'euros.

Leader européen?

«Nous produisons 42% de notre électricité consommée à partir de sources renouvelables. L'objectif est d'atteindre 60% en 2020. C'est réaliste», a déclaré Manuel Pinho, le ministre de l'Economie. Le secteur emploie actuellement 10 000 personnes et les priorités vont à l'éolien, au solaire et à l'hydraulique.

Cependant l'énergie des mers intéresse encore le Portugal qui vient de constituer le consortium Ondas de Portugal, qui associe les deux entreprises d'origine, Pelamis Wave Power et Enersis, à l'industriel EFACEC et le groupe public EDP-Energias de Portugal 4e groupe mondial pour l'éolien. Un centre d'essais a été créé au large de Péniche (littoral centre), une zone pilote de 50km2. Le Portugal applique un tarif préférentiel à la fourniture d'électricité renouvelable, de 24,5cts/kWh. (245euros/MWh), encourageant ainsi les investissements industriels et particuliers.

Installations à l'étude

L'entreprise écossaise Pelamis Wawe Power travaille déjà sur la future génération de «serpents de mer» alors que divers projets d'installation sont à l'étude avec l'allemand E.On et Iberdrola/Scottish Power. Aujourd'hui, les Pelamis sont en concurrence avec une cinquantaine de projets de captation de l'énergie dans le monde.