La Journée de l'innovation, organisée vendredi dernier, a donné l'occasion à plusieurs chercheurs des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) de présenter leurs recherches sous forme de posters. Le Prix 2008 a été attribué au projet intitulé «Et si le manque d'organes pour la transplantation n'était pas une fatalité!». Il s'agit d'un projet de machine autorisant la réanimation d'organes et l'évaluation de leur «état de vie» par IRM.

Cancer du cerveau

Pierre-Yves Dietrich, professeur d'oncologie aux HUG, a fait part de ses travaux de recherche sur la façon de bloquer l'invasion cancéreuse du cerveau. Les gliomes sont les tumeurs cérébrales les plus fréquentes. Biologiquement, ces tumeurs se caractérisent par d'extraordinaires capacités de migration et d'infiltration des structures neurologiques normales, ainsi que par leur capacité à fabriquer de nouveaux vaisseaux sanguins, assurant ainsi leur propre alimentation. Grâce à la radiothérapie et à la chirurgie, les médecins parviennent à enlever le noyau de la tumeur. Toutefois, l'invasion n'est pas stoppée. «Nous cherchons à comprendre ce phénomène d'invasion», explique Pierre-Yves Dietrich qui a identifié deux molécules exprimées par le gliome. «En s'emboîtant, elles donnent un signal de déplacement. Dans le modèle murin, nous avons empêché cette liaison en introduisant un anticorps, développé conjointement avec le professeur Beat Imhof, professeur au département de pathologie et d'immunologie des HUG. Sur le modèle animal, nous sommes parvenus à inhiber l'invasion tumorale dans le cerveau.» Il s'agit d'une nouvelle voie de recherche. En cas de résultats positifs dans les modèles animaux, ces observations permettront peut-être le développement de nouvelles thérapies, afin de diminuer les capacités invasives de ces tumeurs.