Entreprises

Innover pour rester au sommet

La Suisse compte de nombreuses PME performantes parfois éclipsées par les grandes multinationales. Exemple avec deux entreprises qui se démarquent par leur esprit d’innovation

Cet article fait partie de l’édition spéciale «Les femmes font Le Temps», écrite par une cinquantaine de femmes remarquables, et publiée lundi 6 mars 2017.


La Suisse s’est hissée aux premiers rangs de l’innovation et de la compétitivité au plan mondial, selon plusieurs classements. Cela n’allait pas de soi pour une nation pauvre en matières premières, avec un marché intérieur exigu et une industrie des plus traditionnelles. Et pourtant, ces handicaps ont été transformés en forces grâce à l’esprit d’entreprise, au goût de la qualité et à un réseau d’accords commerciaux aux quatre coins du globe. Mais le pays ne peut pas rester sur le podium par incantation. Federer et Wawrinka cherchent sans cesse à se dépasser. Il en va de même pour les entreprises et leurs équipes.

Les habitudes de consommation et les technologies évoluent sans cesse, en être à l’origine est la devise de bien des PME dans des secteurs des plus traditionnels. La Suisse regorge de ces «perles» cachées, qui contribuent au dynamisme de l’économie et à offrir à la population une qualité de vie parmi les plus élevées au monde. Rester ouverts, à l’affût des opportunités, sans tabous mais avec le souci du bien collectif, cela fait partie des principes qui permettront à la Suisse de continuer à vendre ses produits hors de ses frontières malgré leur prix sensiblement plus élevé.

Entre Forster-Rohner, spécialiste du textile, et Elite, fabricant de matelas, deux exemples d’entreprises helvétiques qui montrent cet esprit d’innovation.


L’association de la lumière et du textile

«Il n’y a guère d’endroit plus cher que la Suisse pour innover vu les coûts salariaux.» Caroline Forster, qui codirige l’entreprise familiale de broderie saint-galloise créée en 1904 et comptant 850 employés, sait de quoi elle parle. Elle évolue dans un secteur, le textile, qui doit se battre avec une concurrence étrangère des plus féroces. Cela n’effraie pas Forster Rohner qui a fait un pari risqué en misant sur la commercialisation de textiles techniques. En 2009, elle donne carte blanche à une équipe entièrement dédiée à l’innovation qui planche pendant deux ans à l’intégration de cellules photovoltaïques dans des étoffes. Parapluies, rideaux et accessoires de mode pourraient en être dotés.

La piste est abandonnée et l’équipe se tourne notamment vers le LED. Le succès est au rendez-vous. Intégrer de la lumière active dans du textile impose des restrictions techniques. Il s’agit d’avoir une source d’électricité portative. La solution est trouvée: intégrer les câbles dans les broderies et recourir à une petite pile amovible. Tout en s’assurant de pouvoir laver le tissu.

Coopération avec des écoles

Les composants électroniques ont été développés en interne, avec le concours d’ingénieurs de l’Interstaatliche Hochschule für Technik NTB Buchs et de designers textiles de la haute école de Lucerne. «L’accès à une main-d’œuvre très qualifiée et l’expertise des universités et des hautes écoles sont essentiels», souligne Caroline Forster. Une série de rideaux réalisés pour la marque Création Baumann voit le jour.

Puis, en 2015, les tenues de soirée de la marque Akris illuminent les passerelles grâce à̀ des paillettes LED brodées, une technique unique au monde. C’est le début de l’aventure. Outre la mode et la décoration, le potentiel dans le domaine photovoltaïque ou pour les capteurs tactiles et autres senseurs intégrés est inexploré. Dans le domaine médical aussi, on peut imaginer des ECG ou de la luminothérapie.


L’automobile pour révolutionner la literie

Votre partenaire se plaint de vos ronflements? Elite, fabricant des matelas a trouvé la solution. La petite entreprise familiale fondée en 1895 ne manque pas d’inventivité. Lorsque François Pugliese la rachète en 2006, il ne connaît rien au secteur de la literie, avoue-t-il. Cet ancien responsable financier de Honda Suisse, veut redynamiser le produit en capitalisant sur le savoir-faire.

Il achète un nouveau parc de machines qui permet de fournir aux clients des produits entièrement personnalisés. Un peu à l’image d’une voiture avec ses options. L’entreprise, basée à Aubonne, mise sur le confort et la durabilité: sélection rigoureuse de matières premières nobles auprès de fournisseurs locaux, dans la mesure du possible, et approche écologique qui tient compte du cycle de vie du produit, de l’extraction des matières premières au recyclage, en passant par la fabrication, la distribution et l’utilisation.

A la main

Dans les ateliers, tout respire la tradition. La plupart des tâches sont encore effectuées à la main. Et pourtant, c’est à l’innovation qu’Elite doit son formidable développement. En 2009, elle lance une véritable révolution dans le secteur de la literie, inspirée de l’industrie automobile. L’achat de lits représentant un investissement conséquent pour les hôteliers, Elite leur propose un système de leasing. Ils disposent de lits de haute qualité́ en ne payant que leur utilisation effective – entre 50 et 60 centimes par nuit d’utilisation – grâce à un capteur de pression dans le matelas. Les hôteliers sont gagnants et Elite peut faire découvrir le confort de ses matelas à de très nombreux clients potentiels.

La PME, qui emploie 65 personnes, collabore avec la HES du bois de Bienne pour le développement d’un ressort en bois. Sa dernière invention a été développée avec l’ETH de Zurich; des micros analyse le ronflement et un mécanisme intégré dans le lit fait bouger l’utilisateur jusqu’à l’arrêt du trouble. L’entreprise ne compte pas s’arrêter là et aspire à contribuer à la lutte contre l’apnée du sommeil.

Dossier
Les femmes font Le Temps

Publicité