C’était le seul petit élément de suspense et il a été rapidement balayé: non, la Banque nationale suisse (BNS) n’a pas demandé de réactiver le volant anticyclique face aux risques du marché immobilier, a-t-elle déclaré ce jeudi, à l’issue de son examen de la situation économique et monétaire. Ce qui ne l’empêche pas d’évaluer «régulièrement» si cette mesure, qui oblige les banques à détenir davantage de fonds propres pour un même montant de prêts hypothécaires, s’impose à nouveau.