Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Amazon propose plus de 600 boutons différents, chacun correspondant à un produit de marque.
© DR

Technologie

Inspirés d'Amazon, les «dash buttons» arrivent en Suisse

Amazon propose désormais plus de 600 articles – lessive, thé, préservatifs, nourriture pour chats... – que l'on peut commander d'un clic sur un bouton, sans smartphone ni ordinateur. En Suisse, Brack.ch a lancé un bouton similaire pour commander l'ensemble de son assortiment. Valora mène aussi des tests 

Ce jour-là, tout le monde ou presque a cru à un poisson d’avril. Le 31 mars 2015, Amazon annonçait le lancement de ses «dash buttons», des petits boîtiers de 2 cm sur 1 cm permettant de commander lessive ou croquettes pour chat d’un seul clic. Mais il ne s’agissait pas d’un gag. Deux ans et demi après la commercialisation de ces accessoires, le numéro un mondial du e-commerce propose plus de 600 boutons différents. Et son succès donne des idées à des entreprises suisses. Valora, qui possède des chaînes de kiosques, vient de débuter un test avec des boutons connectés à Internet, alors que le portail de e-commerce Brack.ch propose le même service depuis une année.

Comment fonctionnent ces boutons? Commençons par ceux d’Amazon. Ils se fixent, via un adhésif réutilisable et un crochet amovible, sur une machine à laver, une porte d’armoire ou un mur. Chaque bouton correspond à une marque: Ariel, Le Petit Marseillais ou Whiskas. Ils sont reliés à Internet via le Wi-Fi de sa maison. Lorsque l’on constate qu’il manque un produit, un clic sur le bouton suffit à déclencher la commande – il est possible de définir à combien d’articles correspond un clic. Si un voyant vert s’allume, la commande a été reçue, s’il devient rouge, il faut réessayer. Le client peut ensuite suivre, via l’application d’Amazon, le suivi des commandes.

Livraison le lendemain

Amazon livre ses clients le lendemain. Mais plusieurs conditions doivent être réunies. Il faut payer l’abonnement Prime, qui s’élève par exemple à 49 euros par année. Il faut ensuite être client d’Amazon dans un pays où les «dash buttons» sont disponibles. Il s’agit bien sûr des Etats-Unis, mais aussi de la France et de l’Allemagne, par exemple. Le service n’est pas encore proposé en Suisse. Enfin, chaque bouton coûte 4,99 euros. Mais ce montant est déduit de la première commande. Amazon n’a jamais communiqué de chiffre de ventes liées à ses boutons, mais des études externes évoquent 500% de croissance par année.

Lire aussi: Amazon accélère son expansion mondiale et vise aussi la Suisse

Brack.ch, l’un des plus gros portails généralistes de vente en ligne suisse, a suivi le mouvement en novembre 2016 avec un bouton appelé Bob. Contrairement à celui d’Amazon, il n’est pas lié à un produit en particulier, puisqu’il comporte quatre facettes cliquables. C’est le client qui décide lequel des 150 000 produits de Brack.ch correspond à chacune des quatre parties du bouton. «Pour nous, ce bouton est une nouvelle façon de faire du shopping, mais il ne va pas remplacer les commandes traditionnelles via le smartphone ou l’ordinateur, explique un porte-parole. Pour l’heure, les clients sont satisfaits, mais nous ne donnons pas de chiffre de vente.»

Abonnement annuel

Le bouton Bob coûte 29,90 francs à l’achat, mais il est gratuit pour les clients qui optent pour l’abonnement Plus, qui est facturé 49 francs par année. Si cet abonnement supprime les frais de livraison de 9 francs pour les commandes inférieures à 50 francs, la deuxième année, ces frais remontent à 4,50 francs. Le client peut en tout temps vérifier les commandes effectuées via Bob dans l’application pour smartphone. «Les piles de notre bouton sont rechargeables, ce qui est un plus pour l’environnement», poursuit le porte-parole.

Le site Blacksocks.ch, qui vend des chaussettes en ligne, a lui aussi lancé son bouton de commande. Et même les kiosques de Valora s’y sont mis. Mi-novembre, la Handelszeitung révélait que la chaîne essayait un bouton similaire à Zurich. Le test ne concerne pour l’heure que des boissons énergisantes vendues sous la propre marque de Valora, Ok.–, et ne s’adresse qu’à cent cobayes de la ville. Ils peuvent effectuer des commandes de 24 canettes minimum et sont livrés le lendemain à domicile ou à leur lieu de travail, gratuitement.

Nouveaux tests en 2018

Valora a commencé ses essais le 21 novembre, lors de la Journée du digital suisse. «Nous avons remarqué un fort intérêt de nos clients, explique un porte-parole. En cas de succès, Valora va créer un test plus vaste, d’une durée de six mois à partir du premier trimestre 2018, pour mieux comprendre le modèle d’affaires et les besoins des clients.» Pour l’heure, ni Migros, ni Coop, ni les sites Digitec.ch et Galaxus.ch (propriétés de Migros) ne proposent de tels boutons.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)