Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Contacté vendredi par Le Temps, le patron de la marque de macarons, David Holder, assure que l’entreprise se porte bien. Avec une exception: son restaurant situé quai des Bergues à Genève.
© GEORGIOS KEFALAS / Keystone

Macarons

Interrogations sur l’avenir du restaurant genevois Ladurée

Deux ans après son ouverture, le restaurant genevois de Ladurée ne rencontre pas le succès escompté. David Holder, président du fabricant de macarons, reconnaît avoir «rêvé trop grand»

Comment va Ladurée? Ces derniers jours, différents échos relatifs à des restructurations se sont fait entendre à Genève. Contacté vendredi par Le Temps, le patron de la marque de macarons, David Holder, assure que l’entreprise se porte bien. Avec une exception: son restaurant situé quai des Bergues à Genève.

Doutes sur l’avenir de la restauration

«J’ai fait un gros pari en investissant dans ce restaurant, assure David Holder. Et là, je dois reconnaître que je me suis trompé et que j’ai été trop ambitieux», note-t-il par téléphone. Il ajoute que «des réflexions sont en cours» sur l’avenir de l’établissement.

Lire aussi le portrait de David Holder: Et ronds et ronds, petits macarons

Une décision devrait être prise d’ici à la fin du mois. Dans l’intervalle, le président du groupe a décidé de réduire les horaires d’ouverture et de ne plus ouvrir le soir.

Rêve «trop grand»

Inauguré en novembre 2016, le premier restaurant suisse de Ladurée, imaginé par la décoratrice iranienne India Mahdavi, était un pari. Deux ans plus tard, ce dernier semble perdu.

Pour David Holder, toujours très franc, c’est un crève-cœur. «J’avais investi plus de cinq millions de francs dans ce projet. Mais j’ai rêvé trop grand.»

L’homme d’affaires avance deux raisons pour expliquer ce manque d’intérêt des Genevois. «L’image de la maison Ladurée reste tournée quasi exclusivement vers les macarons et la pâtisserie, pas forcément autour de la restauration plus traditionnelle», regrette David Holder.

Clientèle conservatrice

Par ailleurs, il estime que la clientèle genevoise est encore relativement conservatrice. «Quand on crée des lieux nouveaux, ça ne marche pas forcément…» Il ne souhaite pas encore s’avancer sur l’impact éventuel que cette décision aura pour les emplois locaux.

En 2016, Ladurée – dont le centre mondial de production de macarons se trouve à Enney (FR) – était présent dans 28 pays, employait 1200 personnes et réalisait un chiffre d’affaires de 125 millions d’euros.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)