Innovation

Les intrapreneurs, employés agitateurs

On leur donne pour mission d’améliorer les processus au sein de leur propre entreprise. Les intrapreneurs sont à la mode, même si leur cahier des charges, très divers, reste encore souvent flou

On connaît tous Google Maps, PlayStation, les post-it ou Gmail. Ce qu’on sait moins, en revanche, c’est que ces incontournables, aussi divers soient-ils, ont une origine commune: ils émanent de projets d’intrapreneurs, ces entrepreneurs qui évoluent à l’intérieur d’une entreprise. Leur mission: innover ou questionner les vieilles habitudes. Une façon aussi pour les employés de faire preuve de créativité, mais sans les risques, notamment financiers, d’une aventure en solitaire.

Pour les entreprises, la stratégie est judicieuse, note Nadine Reichenthal, directrice de l’accélérateur de projets de l’Université de Lausanne et chargée de cours en entrepreneuriat à HEC. «Miser sur l’intrapreneuriat représente un investissement moyen, mais qui peut rapporter gros. C’est se donner une chance d’attirer les meilleurs talents dans son entreprise et de développer de meilleurs produits. Mais en Suisse, les entreprises sont encore un peu timides à ce niveau.»