Le grand retour de l’inflation est source d’inquiétude, surtout aux Etats-Unis. En Suisse, il n’y a toutefois pas lieu de s’affoler. Car le renchérissement ne devrait pas dépasser 0,5% ces prochaines années. Mais, si l’on y ajoute le taux d’intérêt négatif de -0,75% de la Banque nationale suisse, l’épargne se retrouve sous pression. Résultat: ceux qui détiennent beaucoup de liquidités risquent de perdre près de 4% de leur pouvoir d’achat d’ici trois ans. Placer son argent est une alternative à cette érosion sournoise. Tour d’horizon.

Certains hésitent à investir lorsque les indices sont à leur pic. Pourtant, cette situation ne présage en rien la fin des gains. En effet, cette année et l’an prochain, la Recherche d’UBS s’attend à une croissance des bénéfices des entreprises. Cependant, à mesure que ces nouvelles sont intégrées dans les prix, les perspectives futures de gains s’amenuisent.