Gestion

Investir en infrastructures avec des actions

Les investisseurs devraient cibler des secteurs et des entreprises qui profiteront d’une augmentation des dépenses dans trois types d’infrastructures: transport, gestion de l’eau et de l’énergie et logements abordables

Les ravages causés par les ouragans qui ont récemment balayé les Etats-Unis mettent de nouveau les infrastructures sous le feu des projecteurs. Mais bien avant cela, les besoins de dépenses dans ce domaine à l’échelle mondiale et la volonté des responsables politiques d’investir dans ce type de projets étaient déjà manifestes.

Les investisseurs, qui semblent disposés eux aussi à y injecter des capitaux, se voient proposer une gamme de véhicules de placement divers et adaptés à leur propension au risque et à leur tolérance à l’illiquidité. Une participation directe au capital de projets commerciaux d’infrastructure est une solution particulièrement intéressante pour les investisseurs institutionnels axés sur le long terme, tels que les fonds de pension, les compagnies d’assurance ou les fonds souverains. Pour les particuliers, le moyen le plus simple de se positionner consiste à cibler des secteurs et des entreprises susceptibles de tirer profit d’une politique favorable au développement des infrastructures et à investir dans les actions de ceux qui sont attrayants. On distingue trois types d’infrastructures qui profiteront, tout comme les secteurs correspondants, d’une augmentation des dépenses.

Infrastructures de transport

La plupart des programmes de développement d’infrastructures donnent la priorité aux transports. Si les pays industrialisés se concentrent sur la réparation des routes, les économies émergentes, quant à elles, étendent leurs infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires. Ces programmes exigent d’importantes quantités d’acier, de ciment, de métaux industriels et de construction, ainsi que des services d’ingénierie, de planification et des équipements industriels pour la réalisation des travaux. Les fournisseurs et producteurs de matériaux pour les infrastructures de transport et les projets de construction seront donc très probablement les premiers bénéficiaires.

Infrastructures de gestion de l’eau et de l’énergie

Le secteur de l’énergie a subi une profonde transformation ces dernières années en raison de nouvelles réglementations, notamment celles concernant les normes environnementales, lesquelles mettent davantage l’accent sur les énergies propres. Ces dernières devraient stimuler les investissements visant à améliorer les réseaux électriques et leurs interconnexions, ainsi qu’à augmenter les capacités de stockage des batteries. L’eau est un autre élément déterminant dans le domaine des infrastructures. Les sociétés de services publics et les organisations gouvernementales seront ainsi de plus en plus amenées à construire des infrastructures durables de gestion de l’eau. Aux États-Unis, la rénovation des canalisations vieillissantes ou présentant des fuites et la satisfaction de la demande de systèmes d’approvisionnement en eau potable exigeront des investissements d’au moins 1000 milliards de dollars sur les vingt-cinq prochaines années selon l’ASCE (société américaine de génie civil).

Logements abordables

Un autre domaine qui présente des besoins de développement mais n’a guère retenu l’attention des investisseurs jusqu’ici est le secteur des logements sociaux, lesquels s’adressent aux catégories de revenus modestes à moyens. La réduction des prix du foncier et des coûts de construction constitue le levier le plus puissant pour créer des logements abordables. L’implantation de villes satellites à la périphérie des grands centres, mais bien raccordées aux réseaux de transport public, permet d’exploiter des terrains dont le prix est inférieur. Les promoteurs privés s’occupant de l’aménagement du territoire en partenariat avec des entités gouvernementales, ainsi que les fabricants de systèmes de transport ferroviaire local devraient en profiter. La mise en place de mesures d’amélioration de la productivité, telles que des méthodes d’achat efficaces fondées sur des logiciels de modélisation des données du bâtiment (Building Information Modeling ou BIM) ou encore l’utilisation d’éléments préfabriqués font réaliser d’importantes économies supplémentaires. Les entreprises d’architecture, d’ingénierie et de construction pionnières dans l’application de ces nouvelles technologies sont les mieux placées pour tirer parti de l’énorme demande de logements abordables.

Il est également possible de réduire considérablement les dépenses en recourant à des matériaux de construction alternatifs bon marché, ainsi qu’à des formules économiques d’exploitation et d’entretien des biens immobiliers. En effet, l’amélioration de l’efficacité énergétique est un moyen d’abaisser fortement les coûts de logement annuels. Cette tendance à long terme dans le secteur de la construction est très favorable aux fournisseurs de matériaux isolants, de fenêtres et de systèmes performants de chauffage et de climatisation.

Publicité