Produits structurés

Investir dans un contexte de hausse des taux

La progression quasi généralisée des taux d’intérêt à moyen et long terme semble aujourd’hui faire vaciller l’équilibre financier prévalent. Comment s’en protéger?

Les événements de ces dernières semaines ont mené nombre d’investisseurs à adopter des comportements plus conservateurs, alors que les volatilités des actifs risqués tendent à nouveau à converger vers leurs normes historiques. L’élément véritablement déterminant dans les décisions d’allocation des gestionnaires d’actifs – et réflexivement dans l’évolution des marchés – est cependant ailleurs. Il réside dans l’évolution jointe des performances de l’ensemble des actifs risqués, soit dans leurs corrélations. Du fait de conditions financières initiales singulières, une hausse mondiale et soudaine des taux d’intérêt amènerait à une revalorisation synchrone et brutale des marchés de taux, de crédit et d’actions; résultant en des corrélations positives entre toutes les classes d’actifs. Néanmoins, des solutions existent permettant soit de se prémunir contre ce scénario, voire de capitaliser sur ce scénario.

Une progression des taux généralisée? Plusieurs éléments actuels pourraient continuer d’engendrer une pression à la hausse sur les courbes de taux, et à la baisse sur le dollar. Si l’ensemble des indicateurs économiques pointe vers une accélération synchronisée des économies mondiales, plaidant ainsi pour une augmentation des rendements obligataires, deux facteurs supplémentaires viennent renforcer cette dynamique de hausse des taux d’intérêt à moyen et long terme. Tout d’abord le regain d’inflation qui tend dernièrement à se diffuser, mais aussi le volume record attendu d’émissions obligataires américaines au titre des deux prochaines années.

Pression sur les bons du Trésor américains

Le gouvernement des Etats-Unis doit en effet refinancer quasiment un tiers de sa dette totale au titre de 2018, équivalant à plus de 3000 milliards de dollars en bons du Trésor. Certaines estimations suggèrent par ailleurs que le déficit du budget fédéral américain dépasserait 1000 milliards de dollars en 2019. Des plans d’expansion budgétaire principalement financés par l’émission de dette. Les prochaines années verront ainsi une forte augmentation de l’offre du Trésor américain dont les rendements devront probablement être plus élevés que les niveaux actuels afin d’attirer des investisseurs de plus en plus réticents. Qui plus est, la chute continue du dollar depuis plus d’un an sur fond de creusement des déficits budgétaires et commerciaux pourrait amener nombre d’investisseurs à réviser leurs attentes sur la devise, et ainsi à chercher à réduire le rythme d’accumulation de leurs actifs américains. Dans ce contexte, une poursuite de la hausse des taux d’intérêt pourrait continuer à peser sur l’ensemble des actifs de duration longue.

Gérer une baisse synchrone

Il devient virtuellement impossible de préserver le capital à risque dans un tel environnement. Aussi, il semble aujourd’hui illusoire de pouvoir gérer une baisse – même ordonnée – des prix des actifs dans un environnement de volatilité accrue en détenant exclusivement des actifs traditionnels.

Il existe néanmoins quelques instruments immunisés contre une hausse des taux; notamment des obligations listées et indexées aux taux courts ou longs. Ces produits permettent de réduire la sensibilité globale de portefeuilles diversifiés, dont la vaste majorité est largement exposée à des taux fixes. D’autres solutions d’investissement, aussi appelées «Bond Repacks» permettent de transformer les profils de risque en fonction des anticipations de marché. Ces produits sont principalement des certificats aux durations pilotées (ou ajustables) composés d’obligations ou de fonds obligataires. L’investisseur peut ainsi moduler directement l’exposition du produit aux risques de taux en fonction de ses attentes.

Source de rendement anti-corrélée

Au-delà des produits indexés et certificats offrant des solutions de couverture flexibles aux taux, l’investisseur peut aussi chercher des produits qui peuvent lui permettre de participer de manière sur-proportionnelle à l’évolution d’un sous-jacent sur une plage de performance donnée ou d’arbitrer entre ses vues et les données de marché à un moment donné, comme le proposent certains produits structurés. Par exemple, un investisseur cherchant actuellement à exprimer une vue haussière sur les taux européens à 10 ans peut concevoir un produit à 2 ans rappelable, lui permettant de capter un rendement annuel de 3% tant que les taux se situent au-dessus de 85% des niveaux initiaux.

Dans un scénario de hausse conjointe des niveaux d’inflation, de taux et de réévaluation des actifs risqués, ces produits offrent des rendements anti-corrélés, constituant une source de diversification incontestable.

Publicité