L'Hexagone séduit. Malgré la grande force des syndicats en France et la suppression massive d'emplois annoncée par EADS, le pays reste très attractif au niveau des investissements des sociétés étrangères.

Ces derniers ont même atteint un niveau record en 2006: près de 40000 emplois ont été créés dans l'Hexagone par des entreprises étrangères, soit une forte progression, de 32,7% par rapport à 2005.

La Suisse au cinquième rang

«Les excellents résultats de l'an dernier témoignent de l'amélioration de l'environnement des affaires en France depuis plusieurs années. C'est le meilleur chiffre depuis l'établissement du bilan annuel des investissements en France en 1993», souligne Philippe Favre, président de l'agence française pour les investissements internationaux.

La Suisse figure dans le peloton de tête des créateurs d'emploi en France. Les sociétés helvétiques y ont créé 2021 emplois, ce qui les places au cinquième rang des pays qui investissent dans l'Hexagone. Les Etats-Unis (9511 emplois créés), l'Allemagne (6570), le Royaume-Uni (4225) et la Suède (3543) comptent dans les premiers du classement.

Autre fait marquant: par rapport à 2005 (714 emplois créés), la croissance des nouveaux effectifs des sociétés suisses en France a presque été multipliée par trois, soit un record depuis 2000. En d'autres termes, les projets y ont été plus importants en 2006 qu'un an plus tôt. Près de deux tiers des projets se concentrent sur trois régions: Rhône-Alpes (35%), Alsace (30%) et Ile-de-France (17%).

Parmi les investisseurs suisses, on remarque que les entreprises des secteurs transport, bâtiment et travaux publics ont représenté plus d'un projet sur quatre. Elles sont suivies par les entreprises des secteurs chimie et plasturgie ainsi que des services aux entreprises. Ces deux secteurs réunissent chacun 17% du total des projets.

Extensions de site

La grande majorité des investissements suisses a été réalisée sous la forme d'extension de site (52%), et plus d'un projet sur trois concerne la création d'un nouveau site.

Un exemple: le groupe schwyzois de logistique Kühne & Nagel, numéro un mondial du fret maritime. 400 postes de travail ont vu le jour en France en 2006, ce qui porte à plus de 5000 le nombre de collaborateurs travaillant pour le groupe suisse en France. Autre contributeur important: la société CarPostal, qui a créé environ 100 places de travail l'an dernier sur sol français.