Multimédia

Les investisseurs boudent le nouveau moteur de recherche de Facebook

«Graph Search» est le nouvel outil de Facebook. Il permet de répondre à des questions telles que «Quels sont les restaurants indiens que mes amis apprécient dans la région de Lausanne?» L’action a terminé la journée en recul de 2,7%

«Qu’est-ce qui a plus de valeur? Trouver un restaurant de sushis à New York ou en trouver un que mes amis aiment?» En posant la question, cet analyste de chez Gartner y répondait. Facebook a annoncé mardi le lancement d’un moteur de recherche. Il ne devrait toutefois pas faire d’ombre dans l’immédiat au géant du secteur Google, car il se limitera aux contenus publiés sur le réseau social.

Un moteur de recherche inclus dans un site internet… Est-ce réellement une nouveauté? Mardi soir, les investisseurs semblaient détenir la réponse: au Nasdaq, l’action Facebook a perdu 2,7% à 30,10 dollars. Comme l’explique le Wall Street Journal de mercredi, «les investisseurs anticipaient peut-être une nouvelle différente». Comme par exemple un téléphone mobile estampillé Facebook.

«Nous considérons Facebook comme une grande base de données sociales», et «comme n’importe quelle base de données, on devrait pouvoir faire des recherches dedans», a expliqué son directeur et fondateur Mark Zuckerberg lors d’une conférence à Menlo Park, en Californie. Une poignée de journalistes ont assisté à la présentation qui, au contraire d’une spectaculaire «keynote» d’Apple, avait lieu dans un simple auditoire.

La nouvelle fonction, baptisée Graph Search, se contentera de faire des recherches parmi les contenus du réseau social, et pas sur l’ensemble de la toile comme le font les moteurs de recherche traditionnels. Elle permettra par exemple aux utilisateurs de trouver les restaurants ou les films qu’aiment leurs «amis». A cette occasion, Mark Zuckerberg a rappelé que pas moins de 240 milliards de photographies étaient publiées sur le réseau social.

Lors de la présentation, Mark Zuckerberg tapait par exemple «lesquels de mes amis sont des célibataires habitant dans la région de San Francisco en Californie», et le moteur de recherche – appelé Graph Search – listait une série de personnes remplissant ces critères.

Bing aussi présent

Graph Search intégrera aussi des résultats de Bing, le moteur de recherche de Microsoft. Facebook renforce ainsi sa coopération existante avec le groupe informatique américain.

«Je ne pense pas nécessairement que beaucoup de gens vont venir sur Facebook pour faire des recherches sur Internet à cause de ça, mais c’est un très bon moteur de recherche», a commenté Mark Zuckerberg.

Le réseau social, souvent accusé de ne pas assez protéger les données privées de ses membres, a assuré que sa nouvelle fonction respecterait leurs critères de confidentialité.

Fonction déjà disponible

Mark Zuckerberg a reconnu qu’il s’agissait là de la principale difficulté, mais a expliqué que l’utilisateur qui lancerait la recherche ne se verrait proposer que des contenus que leur auteur a accepté de partager avec lui.

La fonction de recherche est lancée mardi de manière limitée, dans une version dite «bêta» qui, dans un premier temps, sera uniquement en anglais et ne répertoriera qu’une partie des contenus du site. Mark Zuckerberg a jugé «difficile» d’estimer le temps qu’il faudrait pour l’étendre aux accès mobiles.

L’annonce a déçu les investisseurs, qui espéraient des actions plus importantes: l’action Facebook perdait 2,54% à 30,16 dollars vers 21h00 en Suisse, tandis que Google s’appréciait de 0,19% à 724.60 dollars.

Les inquiétudes à cet égard ont été la principale cause de la chute de son cours de bourse dans les mois suivant son introduction. Malgré une remontée récente, le titre est toujours 20% au-dessous de son prix d’introduction de 38 dollars.

Publicité