Côté pile, après une semaine de fermeture liée au Nouvel An, puis à l’épidémie de pneumonie virale, les bourses chinoises ont dégringolé lundi et rejoint le chaos qui a marqué les principales places financières mondiales ces dix derniers jours. La bourse de Shanghai a plongé de 8,73% et celle de Shenzhen, la deuxième de la Chine continentale, de 8,99%. Une chute inédite depuis cinq ans. En réalité, elles ont frôlé la suspension automatique des échanges des titres qui se déclenche dès qu’une perte de 10% est enregistrée en une journée.

Lire aussi: Le coronavirus chinois en cinq questions