Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans un marché de Téhéran, 6 août 2018.
© Anadolu Agency

Géopolitique

Iran: les sanctions en sept questions

Une première vague des mesures est effective dès ce mardi sur fond de colère populaire contre le régime des mollahs. Malgré une protection offerte par Bruxelles, les entreprises européennes battent en retraite. Les Suisses Nestlé et Novartis tiennent bon

Après leur retrait unilatéral en mai dernier de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, les Etats-Unis punissent l’Iran une nouvelle fois. Effective dès ce mardi, une première vague de sanctions impose un blocus sur les transactions financières internationales et les importations de matières premières, d’avions et d’automobiles. Elle sera suivie, en novembre, d’un embargo sur le secteur pétrolier et gazier, premières sources de revenus du pays. Washington pénalisera (sanctions secondaires) également toute entreprise étrangère ayant des liens avec l’Iran, notamment en lui refusant l’accès à son propre marché. Autant dire que la situation est tendue à Téhéran, mais aussi dans les autres principales villes du pays. La colère se dirige contre la théocratie en place depuis quarante ans et un système économique défaillant. Explications.

Comment les entreprises suisses se préparent-elles aux sanctions?

De nombreuses sociétés suisses sont présentes en Iran et pourraient être concernées par les sanctions secondaires. Le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) leur recommande de poursuivre leurs relations. Il les met tout de même en garde contre des conséquences sur leurs activités aux Etats-Unis. La Confédération n’offre pas de protection au cas où l’une ou l’autre entreprise ferait l’objet de sanctions secondaires aux Etats-Unis.

Lire aussi: Iran: Berne plie devant les Etats-Unis

Parmi les entreprises présentes, la multinationale de l’alimentation Nestlé y compte deux usines et près de 800 collaborateurs. Elle a décidé d’y poursuivre ses activités. Le géant pharmaceutique Novartis a une représentation à Téhéran et travaille avec un réseau de distribution. «Nous voulons assurer l’accès aux médicaments aux patients iraniens dans le respect des sanctions et règles internationales», déclare son porte-parole au Temps. En revanche, la société de navigation MSC a fait savoir qu’elle se retirait. Stadler Rail, candidat à un projet de transport urbain, s’est mis en mode attente.

Et les européennes?

Une à une, les entreprises européennes ont décidé de se retirer. Bruxelles avait bien demandé des dérogations à Washington pour ses entreprises qui avaient déjà engagé des investissements importants sur place. En vain. Tout au plus Airbus pourra livrer d’ici à une semaine cinq avions sur une centaine commandés. Le secteur automobile français pour qui l’Iran constitue le premier marché d’exportation a annoncé la suspension de ses activités. Siemens se retire aussi. Les grandes banques européennes sont déjà absentes.

Bruxelles va toutefois réactiver dès mardi la loi dite «de blocage» pour protéger les entreprises européennes contre les sanctions secondaires. Créée en 1996, elle interdit celles-ci de se conformer aux sanctions américaines.

Et encore: Mike Pompeo promet que les Etats-Unis «feront respecter» les sanctions contre l’Iran

Quelles pourraient être les conséquences sur le prix du pétrole?

Les effets se feront éventuellement sentir après le 4 novembre lorsque la deuxième vague des sanctions sera effective. Selon l’Iranien Fereydoun Khavand, ancien professeur de relations internationales à l’Université de Paris-Descartes, les Etats-Unis ont obtenu que l’Arabie saoudite produise du brut supplémentaire afin de pallier la production iranienne – 2,4 millions de barils par jour – qui sera interdite de marché international. L’expert estime toutefois qu’une partie du brut iranien sera malgré tout écoulée à l’étranger en contrebande.

Quelles sont les premières conséquences pour l’économie iranienne?

Les perspectives de baisse des revenus pétroliers et de fermeture de canaux de transfert d’argent vers l’Iran ont déjà créé la panique. Les Iraniens qui disposent de liquidités se ruent sur les devises étrangères, l’or et l’immobilier.

Qu’en est-il du rial?

«La monnaie iranienne se dévalue un peu plus chaque jour et l’inflation galopante a réduit considérablement le pouvoir d’achat», témoigne Fereydoun Khavand. En mars, le dollar s’échangeait contre 50 000 rials. Dimanche, il en fallait 110 000. A titre d’exemple, le prix du dentifrice a triplé en une semaine, rapporte l’agence Bloomberg.

Comment la situation sociale pourrait-elle évoluer à terme?

«La colère contre le régime des mollahs s’amplifie et depuis une semaine des manifestations ont lieu à Ispahan, à Chiraz et même à Téhéran malgré une forte présence des forces de l’ordre, fait remarquer l’universitaire iranien. La ligne rouge est dépassée et la population demande des comptes à l’ayatollah Khamenei, l’homme fort du régime.» Selon lui, le président Rohani est lui-même affaibli et on lui impose un remaniement ministériel pour inclure des éléments durs et radicaux dans le gouvernement.

Au fait, que veulent les Etats-Unis par rapport à l’Iran?

Lorsqu’ils ont signé l’accord nucléaire en 2015, les Etats-Unis, alors sous la présidence de Barack Obama, avaient espéré une nouvelle orientation de la part des dirigeants iraniens. Celle-ci n’a pas eu lieu. Le régime iranien a commencé à profiter de la fin des sanctions, mais a poursuivi sa politique hostile, notamment en appelant à la destruction d’Israël. «A présent, les Européens voudraient bien aider les Iraniens mais les religieux au pouvoir ne leur facilitent pas la tâche», fait remarquer Fereydoun Khavand, l’ancien professeur à Paris-Descartes.

Aussi: Trump déchire l’accord nucléaire iranien et plonge le Moyen-Orient dans l’inconnu

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)