Indices

iShares introduit deux nouveaux ETF en bourse suisse

Après l’introduction par la bourse suisse d’un indice sur les sociétés à fort dividende, iShares lance un ETF sur l’indice SPI et un autre sur l’indice « SPI Select Dividend 20 »

iShares a lancé hier mardi deux nouveaux ETF sur le marché suisse . iShares est le leader incontesté des ETF en Europe, avec une part de marché d’environ 50% et plus de 200 milliards d’euros sous gestion. Un ETF est instrument financier combiné les traits d’un fonds et d’une action. Comme un fonds, il est lié à un indice ou une stratégie. Et comme une action il est traité quotidiennement en bourse.

« La Suisse est actuellement l’un des plus grands marchés européens dans les ETF et nous entendons répondre à la demande croissante de la clientèle », a déclaré au Temps Sven Württemberger, responsable d’iShares pour la Suisse alémanique.

Sa société a lancé iShares SPI, avec pour sous-jacent l’indice SPI. Il entre en concurrence avec les deux autres ETF sur le SPI, celui d’UBS et celui de Commerzbank.

Filtres multiples

L’autre ETF lancé mardi se nomme iShares Swiss Dividend et il est incontestablement le plus innovant des deux. Son sous-jacent est un indice introduit jeudi dernier à la bourse suisse, l’indice SPI Select Dividend 20. Cet indice est constitué des 20 actions ayant historiquement affiché les paiements de dividendes les plus élevés et la rentabilité la plus solide. Il n’y a donc pas uniquement le rendement sur le dividende qui importe dans la sélection de ses 20 membres. « Nous avons introduit différents filtres, tels que celui d’un minimum de critères de liquidité (2 millions de francs de volume quotidien au cours des 12 derniers mois), les dividendes versés en quatre années financiels sur cinq, et un gain positif rapport soumis à une règle de valeur aberrante. Sur les sociétés au rendement plus hautes qui répondent à ces critères d’inclusion, les 20 entreprises ayant les meilleurs rendements sur le capital (ROC) sont choisis comme composantes de l’indice. », a précisé Sven Württemberger. Le critère de la rentabilité du capital conduit à la détermination des 20 membres présents dans l’indice.

Au total, le rendement du dividende du produit atteint 3,48%, contre 2,95% pour l’indice SPI. La simulation de la performance de cet ETF montre qu’il participe davantage à la hausse du marché qu’il ne subit les baisses. Mais sa performance se distingue peu de celle du SMI sur sept ans.

Si le produit intègre un élément stratégique, « ce n’est pas necessairement une condition suffisante pour présenter un produit comme « smart beta », a déclaré l’expert. Les investisseurs sont en effet particulièrement friands de produits indiciels qui ajoutent une composante stratégique, par exemple en termes de rendement ajusté du risque.

L’ETF sur l’indice SPI Dividend 20 comporte également un atout fiscal puisque le droit de timbre est moitié inférieur à la moyenne comparé avec un produit hors de Suisse.

L’ETF sur l’indice SPI Select Dividend 20 coûte 0,21% à l’investisseur, contre 0,16% pour l’ETF sur le SPI. Un écart logique, motivé par la complexité de la réplication de l’indice avec dividendes. Ces coûts sont à comparer aux 30 à 35 points de base de ceux d’une action.

Ainsi, l’offre de la filiale de BlackRock spécialisée dans les ETF disposera donc de 12 produits en Suisse. Les actifs sous gestion des 10 premiers ETF s’élève à un total de 7,5 milliards de francs sous gestion. Le plus grand d’entre eux est l’ETF sur l’indice SMI, avec 3,5 milliards, devant celui sur l’indice SMIM et dorénavant, l’ETF sur l’or, selon Sven Württemberger. Récemment, la demande d’ETF sur l’or est clairement en hausse, selon notre interlocuteur.

Publicité