Test

Issue de l’alliance entre Ikea et Sonos, l’enceinte Symfonisk séduit

Le géant suédois de l’ameublement et le spécialiste américain du son s’associent en lançant deux enceintes sur le marché

«Une symphonie de l’élégance»: Ikea n’a pas peur des mots pour décrire le résultat de son alliance avec l’américain Sonos, spécialiste des enceintes, notamment synchronisées dans plusieurs pièces de son habitat. Le géant suédois de l’ameublement exagère clairement en présentant ainsi deux enceintes connectées, vendues sous le nom de Symfonisk depuis quelques jours. Elles ne sont pas exceptionnellement belles et le son diffusé est simplement bon. Mais à un prix défiant toute concurrence et pour une facilité d’installation et d’utilisation qui est irréprochable.

Symfonisk, ce sont donc deux enceintes. L’une, parallélépipède, l’autre, mariage d’une lampe et d’une enceinte. Nous avons testé la première, vendue 129 francs. Relativement imposante (31 x 15 x 10 cm) et lourde (2,16 kilos), elle n’est pas destinée à être emportée avec soi, mais plutôt à figurer dans une bibliothèque, que ce soit au salon ou dans un bureau. Le design est minimaliste: une coque en plastique, une face avant en tissu et une petite étiquette où figurent les noms d’Ikea et de Sonos. Au dos de l’appareil se trouve une entrée réseau, à l’avant trois butons (deux pour le volume, un pour Play/Pause). Lors de ce test, nous n’aurons pas besoin de toucher l’enceinte, tout s’effectuant sans fil.