La consolidation se poursuit sur la place financière suisse. Et comme il l’a déjà annoncé à plusieurs reprises, la banque J. Safra Sarasin compte bien en être l’un des principaux acteurs. Mardi, l’établissement basé à Bâle a annoncé via un communiqué la signature d’un accord de rachat de Credit Suisse (Monaco) S.A.M et de Credit Suisse (Gibraltar) Ltd. La grande banque, dont la nouvelle stratégie voulue par Tidjane Thiam consiste à se concentrer sur les marchés suisses et asiatiques, quitte donc les deux rochers méditerranéens.

Contactées, les deux parties n’ont en revanche indiqué ni la masse d’actifs sous gestion en jeu, ni le montant de la transaction, ni le nombre d’employés concernés. Seule précision de la part d’Ilan Hayim, président de la banque J. Safra Sarasin: «Ces deux acquisitions nous permettent de doubler notre taille dans les deux localités. Et de nous placer parmi les banques privées les plus importantes en taille à la fois à Monaco et à Gibraltar.» Le groupe J. Safra Sarasin était déjà présent à Gibraltar depuis 2001 et à Monaco depuis 2006.

Clientèles compatibles

La banque privée bâloise, qui peut compter sur des capitaux propres qui s’élevaient à 4,1 milliards de francs fin 2015, poursuit donc sa stratégie de développement. Depuis la fusion en 2013, elle a déjà racheté les activités de banque privée en Suisse de Morgan Stanley et celles de la banque Leumi au Luxembourg. «La clientèle de Credit Suisse à Monaco et à Gibraltar – très fortunée, exigeante et «onshore» dans plus de 50% des cas – était très proche de notre propre clientèle, souligne Ilan Hayim. Une compatibilité qui a plaidé en faveur d’une telle transaction», conclut-il, tout en rappelant que J. Safra Sarasin continuera d’être un acteur actif de la consolidation bancaire.

Lire aussi: J. Safra Sarasin se félicite d’une gestion efficace de ses dépenses

A l’inverse des deux précédentes transactions, celles-ci concernent la structure bancaire dans son entier («share deal») et non pas la seule clientèle («asset deal»). Elles devraient être bouclées courant 2016, sous réserve de l’accord des instances de réglementation.