Au cœur des marchés

J’ai décidé de devenir un investisseur durable

OPINION. Même s’il vend toutes ses actions dans des secteurs problématiques au niveau social, environnemental ou de la gouvernance, un investisseur restera toujours exposé à ces activités. C’est le paradoxe de l’exclusion

Je m’appelle Jacques (ou Paul, ou autre). J’ai la chance d’avoir quelques moyens et suis détenteur d’un portefeuille d’actions bien garni. Pendant longtemps, tout allait bien, je ne me posais pas trop de questions. Les marchés évoluaient favorablement, je touchais des dividendes. Mais, depuis quelque temps, je lis les journaux qui ne parlent que d’investissements responsables, dits aussi ESG (pour investissements prenant en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance). Mes enfants manifestent pour le climat. J’ai décidé de devenir un investisseur éthique.

Lire aussi: Investissement durable: ce que les clients veulent