La présidente de la banque centrale américaine, Janet Yellen, a réitéré mardi la «patience» de la Fed sur une prochaine hausse des taux, soulignant des progrès «considérables» sur le front de l’emploi mais une situation économique à l’étranger pouvant poser des risques.

Saluant les progrès «sur plusieurs plans» du marché du travail américain, Mme Yellen a prévenu dans son témoignage biannuel au Congrès que les prix allaient continuer à baisser à court terme du fait de l’effondrement des prix du pétrole, avant de remonter «à moyen terme» vers l’objectif de 2% d’inflation annuelle que se fixe la la Fed.

L’inflation se situe actuellement à 0,8% seulement sur un an, selon l’indice PCE, le plus observé par la Fed.

De plus les conditions économiques en Chine et en Europe peuvent poser «des risques» à la croissance des Etats-Unis, même si ceux-ci restent «équilibrés», a encore affirmé Mme Yellen devant les élus de la Commission bancaire du Sénat.

«Nous avons suffisamment de croissance de la demande intérieure» a-t-elle noté. Elle a mentionné néanmoins au rang des déceptions, la lenteur de la reprise du marché immobilier du fait d’une diminution de l’accession à la propriété des jeunes foyers, peut-être trop endettés par les prêts étudiants.