Les autorités japonaises sont intervenues jeudi sur le marché des devises pour freiner la progression du yen. Cette intervention survient au lendemain de celle de la Banque nationale suisse (BNS) pour contrer l’appréciation du franc.

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a indiqué que le Japon était intervenu de façon unilatérale sur le marché pour mettre un terme à des mouvements spéculatifs sur les changes. Il n’a pas précisé l’ampleur de cette intervention et n’a pas voulu dire non plus quelles devises le Japon achetait ou vendait.

L’intervention a poussé le yen à la baisse. Le dollar, qui s’échangeait 77 yens environ mercredi soir, est remonté jusqu’à 78,47 yens sur la plate-forme d’échange EBS. Vers 3h45 suisses, il était à 78,38.

Au cours du mois écoulé, la devise japonaise s’est appréciée de près de 5% face au billet vert, flirtant lundi avec son niveau record et handicapant dangereusement les exportations japonaises.

L’intervention japonaise survient au lendemain de l’initiative prise par la Banque nationale pour contrer ce qu’elle considère comme une «surévaluation extrême» du franc suisse. Jugeant la situation risquée au niveau de la stabilité des prix en Suisse, la BNS a réduit la marge de fluctuation du Libor de 0%-0,75% à 0%-0,25%.

Cependant, pour certains acteurs du marché des devises, le dollar risque de perdre de nouveau du terrain si les prochaines statistiques américaines sur les inscriptions au chômage, attendues vendredi, viennent renforcer les inquiétudes quant à la vitalité de l’économie américaine.

Hausse prudente de l’indice Nikkei

L’indice vedette Nikkei 225 de la bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi en légère hausse de 0,23%, les investisseurs saluant très prudemment l’intervention du gouvernement pour abaisser la valeur du yen. A la clôture, il avait grignoté 22,04 points à 9659,18 points.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a de son côté fini quasi stable avec -0,39 point ou -0,05%, à 826,36 points.