Le ministre japonais des finances a prévenu que le Japon est engagé dans «une guerre des nerfs» contre les spéculateurs qui ont propulsé le yen à des niveaux historiques. La veille, Tokyo était intervenu massivement sur le marché des changes.

«Nous sommes engagés dans une guerre des nerfs» avec les spéculateurs, a déclaré Jun Azumi devant la presse. «Nous suivons de près les développements sur le marché des devises et prendront les décisions appropriées le moment venu», a ajouté M. Azumi, indiquant que Tokyo est prêt à intervenir de nouveau si le yen devait trop remonter.

Lundi, les autorités japonaises ont vendu des yens en masse sur le marché contre des dollars afin d’élever la valeur du billet vert et d’abaisser celle du yen dont le renchérissement ces derniers mois inquiète Tokyo. Les autorités japonaises sont passées à l’action après la chute du dollar jusqu’à 75,32 yens, son plus faible niveau depuis 1945.

Elles n’ont pas dévoilé le montant des sommes mises sur le marché. La presse japonaise y voyait mardi la plus importante action unilatérale jamais lancée par le gouvernement, estimant que les autorités avaient vendu entre 6000 et 10 000 milliards de yens (entre 67 et 112 milliards de francs).

Soutenu par ces rachats massifs, le dollar s’est envolé lundi au- delà de 79 yens, mais s’est quelque peu affaibli depuis.

Lors de sa précédente intervention, en août, quelque 4500 milliards de yens avaient été mobilisés pour faire baisser la monnaie nippone.

A deux jours de l’ouverture du sommet du G20 de Cannes où la question des monnaies sera abordée, Jun Azumi a souligné que l’intervention du Japon ne visait qu’à mettre un terme à des mouvements «excessifs» et «désordonnés» sur le marché des changes.

L’action unilatérale de Tokyo pourrait aviver les divergences entre les pays du club des pays développés et émergents. Les Etats-Unis, qui accusent la Chine de manipuler le cours de sa monnaie pour gonfler ses exportations, pourraient notamment ne pas apprécier ce coup de canif planté dans leur argumentaire par leur allié japonais.