Cible de critiques et soumis à des impératifs économiques, le Japon s’engage contre les changements climatiques. Dans son discours de politique générale lundi 26 octobre à l’ouverture de la session parlementaire, son nouveau premier ministre, Yoshihide Suga, a annoncé une «réduction à zéro des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050».

Soulignant l’importance de «changer la façon de penser» et de «mesures proactives contre le réchauffement climatique» dans l’industrie en général et la production d’électricité en particulier, Yoshihide Suga a aussi annoncé la création d’un cadre de discussions à ce sujet avec les autorités locales. «C’est une avancée significative pouvant favoriser un changement radical dans les politiques nationales, des entreprises et des institutions financières», s’est réjoui Kimiko Hirata, directrice internationale du réseau Kiko, une ONG japonaise.