Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean-Claude Juncker et Donald Trump se retrouveront la semaine prochaine à Washington sur fond de guerre commerciale.
© MICHAEL KAPPELER/AFP

Etats-Unis – Europe

Jean-Claude Juncker négociera en tête à tête avec Trump 

Le président de la Commission européenne sera reçu à la Maison-Blanche la semaine prochaine. Il pourrait promettre de baisser les taxes sur les voitures américaines en Europe

Mais que va dire Jean-Claude Juncker lors de sa rencontre avec Donald Trump mercredi prochain à la Maison-Blanche? A quelques jours du rendez-vous, le président de la Commission européenne souffle le chaud et le froid. En l’occurrence, il se dit prêt «à sortir des sentiers battus» pour mettre fin aux tensions commerciales avec les Etats-Unis. Mais il se déclare aussi «décidé à riposter en cas d’escalade».

Lire aussi: Bruxelles contre-attaque les Etats-Unis

Dès juin, les Etats-Unis imposent un droit de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium importés d’Europe, comme d’autres pays. Bruxelles a riposté en taxant quelques produits américains. Désormais, le président des Etats-Unis menace d’imposer une surtaxe de 20% sur les voitures importées. Une telle mesure frapperait de plein fouet non seulement l’industrie automobile allemande, mais aussi des fournisseurs de pièces basés dans plusieurs pays en Europe, y compris la Suisse.

Fins politiciens

«Donald Trump et Jean-Claude Juncker se connaissent, fait remarquer Thomas Costerg, économiste spécialiste des Etats-Unis chez Pictet Wealth Management. Ils se sont rencontrés encore récemment au sommet du G7 au Canada.» Selon lui, les deux hommes sont de fins politiciens, aiment les relations personnelles et ont tous les deux le verbe haut. Dès lors, ils peuvent bien s’entendre et trouver un compromis.

Selon des sources à Bruxelles, les Européens seraient prêts à céder à la demande américaine sur l’automobile. A présent, les voitures américaines sont frappées d’un tarif de 10% en Europe, contre 2,5% sur les voitures européennes aux Etats-Unis. La difficulté, selon Thomas Costerg, est que toute concession faite aux Etats-Unis doit, selon les règles internationales de non-discrimination, être étendue à tous les exportateurs.

Lire également: L’UE veut éviter l’escalade avec les Etats-Unis

Un autre dossier risque d’empoisonner le rendez-vous: l’amende de 5 milliards d’euros que Bruxelles vient d’infliger à Google. «Elle est arrivée à un mauvais moment, juge Thomas Costerg. On risque d’avoir un dialogue de sourds sur ce dossier.» Le président Trump a en effet pris parti pour le géant américain. Son tweet mercredi soir en dit long: «Je vous l’avais dit! L’Union européenne vient d’infliger une amende de 5 milliards de dollars à l’une de nos formidables entreprises. Ils ont vraiment profité des Etats-Unis, mais pas pour longtemps!» La semaine passée, Donald Trump est allé jusqu’à traiter l’Europe d’«ennemi».

Alliés historiques

Jean-Claude Juncker tentera sans doute aussi d’expliquer qu’il y a plus de dossiers qui unissent les Etats-Unis et l’UE que de sujets qui les divisent. Les deux demandent de réformer l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ils font également cause commune sur le dossier de la protection de la propriété intellectuelle. Washington et Bruxelles ont en effet déposé une plainte à ce sujet contre la Chine qu’ils accusent de violer les droits. Enfin, les deux alliés historiques reprochent à Pékin de subventionner les grandes entreprises publiques.

Selon Thomas Costerg, un fait joue en faveur des Européens. «Des membres du Congrès qui ont le sens historique des relations Etats-Unis - Europe commencent à résister au président Trump. Certains d’entre eux trouvent que les mesures prises au nom de la sécurité nationale sont exagérées», fait-il remarquer.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)